agent de liaison à 6 ans, mort pour la France en 1944



En 1944, Marcel Pinte n’a que six ans et pourtant, il est déjà résistant sous le nom de code Quinquin. 76 ans plus tard, son destin hors du commun fascine encore le petit neveu de Marcel, Alexandre Brémaud, sur les traces de son ancêtre. Chez les Pinte, le patriarche, Eugène, était le chef d’un réseau de résistance. Il n’hésita pas à recruter ses propres enfants. « Les premiers résistants qu’il a trouvés et entraînés avec lui, ça a été sa famille« , rappelle Alexandre Brémaud. Les cinq enfants vont s’engager dans la résistance. 

La campagne autour de Limoges était le terrain de jeu du petit Marcel. Les maquisards s’y cachaient, installés dès 1941 dans le hameau de la Gaubertie, à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne). Parmi les combattants, Marcel, dès l’âge de cinq ans, se voit confier des missions délicates. « C’était un agent de liaison, il effectuait des transmissions, il acheminait des messages« , explique Alexandre Brémaud. Le 19 août 1944, lors d’un parachutage d’armes, une balle est tirée accidentellement par un maquisard, tuant Marcel Pinte. 

Le JT

Les autres sujets du JT



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire