Test Blu-ray : L’horrible invasion


L’horrible invasion

États-Unis : 1977
Titre original : Kingdom of the spiders
Réalisation : John ‘Bud’ Cardos
Scénario : Richard Robinson, Jeffrey M. Sneller, Stephen Lodge
Acteurs : William Shatner, Tiffany Bolling, Woody Strode
Éditeur : Sidonis Calysta
Durée : 1h35
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 31 mai 1978
Date de sortie DVD/BR : 3 novembre 2020

Verde Valley, une petite communauté rurale d’Arizona où la vie s’écoule paisiblement. Ou, du moins, s’écoulait jusqu’à que des animaux ne meurent dans des circonstances étranges, victimes de doses massives de poison dont le vétérinaire Rack Hansen ne parvient pas à trouver l’origine. Quand il y réussit, avec l’aide de l’entomologiste Diane Ashley, il est trop tard. Des dizaines de milliers de mygales déferlent déjà sur la ville, rendues plus agressives encore par les produits chimiques que le maire déverse sur elles…

Le film

[4/5]

Oyez oyez, amis bisseux z’et cinéphages : L’horrible invasion, c’est le titre français d’un petit classique du fantastique US avec William Shatner et de grosses n’araignées pleines de pattes poilues, longtemps invisible chez nous, au point d’en être même peut-être plus connu dans l’hexagone sous son titre original, Kingdom of the spiders. Dans sa grande sagesse, l’éditeur Sidonis Calysta l’avait déjà sorti courant 2015 sur support DVD, dans sa collection « Classiques du Fantastique ». Cinq ans plus tard, le voilà qu’il débarque au format Blu-ray ! Petit retour sur un film encore trop méconnu…

Après le succès incroyable des Dents de la mer de Steven Spielberg en 1975, les producteurs de tous bords se sont jetés à corps perdu dans les films traitant de « menace animale ». Des créatures de la mer ou des airs, en passant par celles de la terre comme les lapins, les crapauds, limaces et autres vers de terre (même les tomates !), il en pleuvait de partout dans les années 70, chaque espèce rivalisant de malice pour renverser de façon meurtrière le règne de l’homme. L’horrible invasion, réalisé par John ‘Bud’ Cardos en 1977, s’inscrit dans cette veine « à bestioles » du cinéma fantastique, et traite quant à lui d’une invasion d’araignées – autant affirmer tout de suite que ce film n’est pas conseillé aux femmes. C’est d’ailleurs d’autant plus clair que les araignées ayant réussi le casting pour le film ne sont pas les petites mémères que l’on trouve dans nos greniers et nos boites aux lettres, non, mais de grosses mygales velues. De vraies saletés, des gourgandines à huit pattes prêtes à tout pour vous dévorer de l’intérieur ! Rititi, ratata…

Avant 2015, L’horrible invasion était devenu quasi-invisible, et cette discrétion forcée avait contribué à entretenir, doucement mais sûrement, sa réputation de film culte. Et il faut avouer que durant sa première demi-heure, ce fameux statut pourra vraiment paraître usurpé au spectateur, qui suivra sans passion (mais sans ennui non plus, remarquez) et avec une mise en scène vraiment fonctionnelle la trajectoire de plusieurs personnages, dont un amusant William Shatner en gentleman vétérinaire, dans une quelconque bourgade redneck reculée du trou du cul des États-Unis. C’est dans son deuxième tiers que le film de Cardos commence à devenir vraiment intéressant, quand la fameuse invasion débute, le film devenant d’un coup un véritable cauchemar pour arachnophobes, un grand spectacle à la hauteur de ce que laissait supposer son titre français.

Époque oblige, pas de recours au numérique pour filmer les bêbêtes à poils : 5 000 véritables mygales, que la légende autour du film déclare illégalement importées du Mexique, sont amenées à même le plateau, les acteurs jouent la plupart du temps vraiment aux côtés des vivaces arachnides. La bonne nouvelle pour L’horrible invasion, c’est que cette volonté naturaliste permettra non seulement d’éviter des effets spéciaux qui vieillissent mal, mais se révélera également particulièrement efficace et stressante pour le spectateur, qui s’avère bien conscient que tous ces monstres à huit pattes sont bel et bien réels. Le film de Cardos bénéficie par ailleurs d’une agréable patine 70’s bien aride et poussiéreuse, et d’un génial dernier plan en mode « apocalyptique ». Ce dernier se situe quelque-part entre ceux qu’affectionnait Lucio Fulci (L’au-delà, L’enfer des zombies…) ou ceux, grandioses, de certains épisodes de la série La quatrième dimension

En deux mots comme en cent, L’horrible invasion s’impose donc comme un classique instantané de la série B horrifique, qui n’a finalement pas volé sa réputation de film culte.

Le Blu-ray

[4/5]

L’horrible invasion arrive donc en Blu-ray ce mois-ci sous les couleurs de Sidonis Calysta, et vient grossir les rangs de sa déjà riche collection« Classiques du Fantastique ». Le master encodé en 1080p et format respecté n’est certes pas tout à fait irréprochable : quelques poussières et autres griffes subsistent, les plans à effets sont moins précis, mais finalement, les petites imperfections éparses ne gênent absolument pas le visionnage : elles en rajoutent au contraire au cachet « vintage », presque « grindhouse », du film de John ‘Bud’ Cardos. En revanche, le piqué, les couleurs et les contrastes retrouvent une nouvelle jeunesse, tout en respectant scrupuleusement le grain argentique d’origine. L’ensemble est donc parfaitement tenu, et permettra aux plus jeunes désireux de faire des cauchemars pendant une semaine de découvrir le film dans d’excellentes conditions techniques. Côté son, VF et VO sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0 mono d’origine, la version française s’avérant un peu plus étouffée et en mauvais état que sa grande sœur, avec un léger souffle, mais rien de dramatique là non plus, d’autant que nombre d’amateurs de versions françaises un rien surannées seront ravis de ré-entendre le doublage français d’origine du film. On notera par ailleurs que certains passages, absents du montage français, seront automatiquement proposés en version originale quelle que soit la piste son sélectionnée.

Dans la section suppléments, on trouvera tout d’abord un petit module documentaire orchestré par le trio Christophe Champclaux / Marc Toullec / Linda Tahir Meriau. Une fois n’est pas coutume, c’est Mister Champclaux qui présente le sujet, consacré aux « bêbêtes » du cinéma fantastique (25 minutes), avec un soin tout particulier apporté aux anecdotes de tournage quand on en arrive au cas de L’horrible invasion. On continuera ensuite avec un entretien avec William Shatner (16 minutes), qui évoquera notamment les méthodes de casting très particulières employées pour trouver les actrices du film, ou encore l’idée de scénario qui avait circulé pour le tournage de la suite de L’horrible invasion, qui n’a finalement jamais eu lieu. On aura également droit à un entretien avec Tiffany Bolling (9 minutes), qui se remémorera quelques souvenirs du tournage, évoquant une bonne ambiance et un bon travail de technicien de John ‘Bud’ Cardos. Enfin, les plus curieux pourront se régaler du commentaire audio du producteur Igo Kantor et de l’actrice principale Tiffany Bolling, qui réagiront aux propos de Marc Edward Heuck sur la production du film. Quelques fautes sur les sous-titres.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire