Macron à Colombey-les-deux-Eglises pour les 50 ans de la mort de Charles de Gaulle


Le 9 novembre 1970, le général de Gaulle décédait à Colombey-les-deux-Eglises, le village de Haute-Marne où il s’était retiré. Cinquante ans après jour pour jour, le président Emmanuel Macron fait ce lundi le pèlerinage pour rendre hommage à son prédécesseur le plus illustre.

A cause de l’épidémie du Covid-19, ce cinquantenaire sera célébré sobrement, sans public, en présence seulement d’une trentaine de personnes, dont des membres de la famille de Gaulle.

Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, est attendu à la mi-journée dans le bourg de 700 habitants où le général de Gaulle passait ses vacances et où il a vécu les derniers mois de sa vie, après son départ de l’Elysée en 1969.La dernière année du général de Gaulle

Le couple présidentiel se rendra d’abord à la Boisserie, la résidence familiale qui est devenue en partie un musée. Puis il se recueillera sur la tombe blanche où Charles de Gaulle repose, aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne, dans le cimetière qui jouxte l’église.

Il participera ensuite à une cérémonie militaire devant la Croix de Lorraine, immense monument en granit rose de 43,5 mètres dominant les vignes environnantes, qui seront survolées par la Patrouille de France.

Un rendez-vous incontournable

Aucun discours n’est prévu et la messe du souvenir qui se déroule chaque année a été annulée en raison de l’épidémie.

Après 1970, le « pèlerinage du 9 novembre » était devenu un rendez-vous incontournable pour les élus gaullistes. Les présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n’y ont pas dérogé, tandis que le socialiste François Hollande ne s’est rendu qu’à une reprise à Colombey durant son quinquennat.

EN IMAGES. Imagine-t-on le général de Gaulle… ?

Pour Emmanuel Macron, ce second déplacement dans le village de Haute-Marne depuis son élection marque la fin des célébrations de l’année de Gaulle, organisée pour les anniversaires de sa naissance il y a 130 ans, de l’Appel du 18-Juin il y a 80 ans et de sa mort.

Elles lui ont donné l’occasion de se mettre dans les pas du fondateur de la Ve République, devenu aujourd’hui une figure tutélaire célébrée de l’extrême droite à l’extrême gauche, chacun revendiquant une partie de son héritage.

« Résilience »

Pour l’Elysée, Charles de Gaulle « incarne avec force et vigueur l’esprit de la nation française : il a réussi à rassembler les Français pour qu’ils fassent preuve de résilience et de volonté face aux épreuves ».

Autant de valeurs auxquelles fait appel, dans ses discours, Emmanuel Macron face aux « épreuves » actuelles que sont l’épidémie du Covid-19 et les attaques terroristes des dernières semaines.

Alors que tout le monde se revendique de De Gaulle, revenons à l’histoire

C’est dans cet esprit que le chef de l’Etat présidera aussi cette semaine les cérémonies de l’Armistice du 11 novembre 1918, marquées par le centenaire de l’inhumation du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe et l’entrée au Panthéon de l’écrivain Maurice Genevoix, auteur de « Ceux de 14 » sur les combattants de la Grande guerre.

Malgré la crise sanitaire, ces célébrations mémorielles ont été maintenues afin de « préserver les grands moments de communion nationale », a expliqué l’Elysée.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire