Hidalgo et Bachelot appellent les Français à ne pas acheter sur Amazon


Haro sur Amazon ! Après les appels à laisser les librairies ouvertes, qui se sont multipliés ces derniers jours, à droite comme à gauche de l’échiquier politique, certains politiques vont plus loin encore. La maire de Paris Anne Hidalgo, mais aussi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, ont, ces dernières heures, appellé ouvertement les Français à bouder le géant américain, avantagé par le confinement qui a obligé les petits commerces à fermer leurs portes.

La maire de Paris a ainsi appelé ce lundi 2 novembre les lecteurs à soutenir leur libraire en lançant : « N’achetez pas sur Amazon ». « Je le dis vraiment aux Parisiennes et aux Parisiens : Amazon, c’est la mort de nos librairies et de notre vie de quartier », a-t-elle déclaré à la presse.

Les librairies vont bénéficier de tarifs postaux « considérablement diminués », annonce Bachelot

Anne Hidalgo venait soutenir, avec l’écrivain Sylvain Tesson, une initiative de libraires appelée « Rallumez les feux de nos librairies » pour appeler à la réouverture de ce commerce qui doit rester fermé en raison des restrictions à la vente des biens « non essentiels ». « Paris est une ville où le livre a bien sûr toute sa place comme bien essentiel », a rétorqué la maire.« Achetez chez votre libraire : vous pouvez commander et récupérer votre livre. »

« Les Parisiens […] considèrent vraiment leur librairie comme commerce de proximité, essentiel. Je suis là pour soutenir cette idée, appeler bien sûr à ce que les librairies rouvrent, le plus vite possible », a-t-elle ajouté.

« A nous de ne pas les gaver »

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a annoncé que les librairies vont bénéficier de tarifs postaux « considérablement diminués » pour les envois de livres commandés, y est elle aussi allée de sa pique envers Amazon, ce lundi matin.

« N’achetez pas des livres sur les plateformes numériques », a-t-elle insisté, sur LCI. Un peu plus loin dans l’interview, Roselyne Bachelot a ouvertement recommandé aux Français de ne pas se tourner vers l’entreprise américaine, dont le modèle économique, sociale et écologique, est vertement critiqué depuis plusieurs années par diverses ONG. « Oui, Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver », a-t-elle lancé.

Bienvenue dans l’entrepôt de demain, où les robots ont la main

Rappelant qu’il existe en France un « prix unique du livre » grâce « à Jack Lang », elle a encore asséné : « il n’y a pas d’avantage à acheter sur une plateforme numérique ». Roselyne Bachelot incite les lecteurs à se fournir en livres auprès des librairies par le « click and collect » (commander à distance et venir récupérer l’ouvrage sur place) ou par les envois postaux.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire