Un deuxième confinement proche de celui du printemps ? Les pistes de travail à l’étude ce mercredi


L’Elysée a espéré jusqu’à la semaine dernière éviter un tour de vis aussi drastique. Emmanuel Macron assurait même, il y a quelques jours encore, qu’il y avait des choses « plus intelligentes » à faire qu’un reconfinement généralisé. Ses deux préoccupations essentielles sont toujours de maintenir les écoles ouvertes et d’éviter au maximum de paralyser l’économie. Mais les chiffres de la pandémie sont désormais si alarmants que le chef de l’Etat pourrait finalement annoncer, ce mercredi soir à 20 heures, un dispositif très semblable au confinement généralisé de mars, et qui prendrait effet dès la nuit de jeudi à vendredi 30 octobre, à minuit.

Macron s’exprimera mercredi à 20 heures pour annoncer de nouvelles restrictions

Tel est en tout cas le message passé au cours des dernières consultations et notamment lors d’une réunion interministérielle au ministère de l’Economie, ce mercredi matin, selon nos informations de sources concordantes.

Vers un reconfinement généralisé

En l’état des discussions et sous réserve des derniers arbitrages de l’Elysée annoncés ce mercredi soir, le reconfinement serait donc généralisé à tout le territoire pour quatre semaines dès demain jeudi soir à minuit, avec sensiblement les mêmes dérogations qu’au printemps : courses essentielles, urgences et raisons médicales impérieuses, promenade d’une heure dans un périmètre d’un kilomètre autour du domicile, accompagnement d’enfants, formations, concours… Les parcs et jardins, eux, resteraient ouverts. Comme au printemps, une attestation sera disponible sur le site du ministère de l’Intérieur. L’objectif, nous précise-t-on, est d’éviter à tout prix un confinement à Noël, perçu par l’exécutif comme difficilement acceptable d’un point de vue social.Serge Hefez : « Un reconfinement va aggraver la fragilité psychologique »

Les négociations se poursuivaient ce mercredi matin sur les dérogations entourant les pratiques professionnelles et sportives, ainsi que l’aide aux personnes âgées. Le périmètre exact des commerces qui resteraient ouverts était également toujours en question. Il semble acquis que les exceptions concerneraient a minima les magasins alimentaires, les transports en commun et les services publics, notamment municipaux. Bercy plaiderait aussi – mais sera-t-il entendu ? – pour le maintien des commerces de gros, des marchés couverts et de plein air.

Face à l’hypothèse d’un reconfinement, pas d’union nationale dans la classe politique

Les écoles ouvertes

Différence majeure avec les mesures de la première vague : les écoles et collèges continueraient à fonctionner, avec des protocoles sanitaires encore renforcés. Une incertitude planait encore ce mercredi sur le sort des lycées et des crèches, qui pourraient rester ouvertes selon nos informations. Il paraît en revanche probable que les universités connaîtront d’importantes restrictions, avec au moins les cours magistraux en distanciel.

Du côté des entreprises privées, l’exécutif se heurte encore à la question délicate du télétravail : toutes les personnes qui le peuvent seront appelées à télétravailler, dans l’espoir de faire significativement grimper le taux de travail à distance.

De nouvelles aides économiques

En matière de soutien à l’économie, le gouvernement musclerait de nouveau le fonds de solidarité, avec une compensation pour perte d’activité allant jusqu’à 10 000 euros par établissement fermé, ainsi qu’un dispositif de droit commun pour les entreprises non fermées (par exemple, 1 500 euros en cas de diminution de plus de 50 % du chiffre d’affaires). Il pourrait également y avoir un maintien du système de prise en charge intégral pour le chômage partiel, avec un reste à charge pour les établissements non fermés.

Parallèlement, il serait décidé un renforcement des contrôles aux frontières. Le tout sous réserve, une nouvelle fois, des ultimes prises de décision au sommet de l’Etat. Un conseiller ministériel prévient : « Tout peut bouger jusqu’au dernier moment. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire