« Le temps du revenu universel est venu »


Dans « Ce qu’il faut de courage. Plaidoyer pour le revenu universel », en librairie ce mercredi, l’ancien candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2017 reprend l’idée phare de son programme à l’époque et insiste sur la nécessité d’avoir « une pensée de justice sociale ».

Vous avez quitté la politique après les européennes [la liste Générations qu’il conduisait avait obtenu 3,3 %], pourquoi revenir dans le débat public avec ce livre ?

Je reviens avec un plaidoyer pour le revenu universel. Je reviens dans le débat public parce que face au changement civilisationnel nécessaire, face à la nouvelle donne climatique, il faut une pensée de justice sociale. Pendant la campagne présidentielle, j’ai bien vu que les plus modestes, ceux dont le revenu universel pouvait changer la vie, n’étaient pas convaincus. J’ai voulu comprendre leur hostilité et lever leurs doutes.

« Ce qu’il faut de courage. Plaidoyer pour le revenu universel », Benoît Hamon, Editions des Equateurs (256 pages, 18 euros).

Votre livre est solide, dense, comme si ne plus faire de politique vous avait été bénéfique. Faut-il quitter la politique pour penser ?

Pas forcément, j’ai creusé des sujets que j’avais mis dans le débat politique, j’ai creusé notamment la déshumanisation de nos sociétés. J’ai essayé de renouer avec un grand récit émancipateur, qui manque. Même le récit écolo est fondé sur les peurs, sur l’idée que le monde va s’effondrer. J’ai pris le temps de lire, de relire. J’ai découvert des auteu

Pour lire les 89 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire