Qu’est-ce que le mécanisme de protection civile de l’UE ?


Question-Réponse


29.10.2020

Agnès Faure

Actuellement déployé en Europe pour soutenir les Etats face à la pandémie de Covid-19, le mécanisme européen de protection civile permet de proposer une réaction humanitaire européenne en cas d’urgence.

Le mécanisme de protection civile de l’UE a été activé dans le cadre de la pandémie de Covid-19, comme en Italie. Le pays a ainsi pu recevoir des masques chirurgicaux de ses partenaires européens – Crédits : Piero Cruciani / Commission européenne

 

Pourquoi le mécanisme de protection civile de l’UE a-t-il été créé ?

Le mécanisme de protection civile de l’UE est un dispositif crée en 2001 auquel participent les 27 Etats de l’Union européenne ainsi que le Royaume-Uni (pendant sa période de transition) et plusieurs pays tiers comme l’Islande, la Norvège, la Serbie, le Monténégro, la République de Macédoine du Nord et la Turquie. Chaque Etat contribue au financement du Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC) qui gère le fonctionnement du mécanisme de protection civile, et envoie sur place équipements et personnel.

Ce dispositif aide un Etat lorsque celui-ci ne dispose pas de moyens suffisants pour réagir face à une situation d’urgence. Il vise à protéger les citoyens européens en cas de catastrophe mais aussi à « étendre la solidarité de l’UE au-delà de ses frontières », précise la représentation permanente de la France auprès de l’UE. Le mécanisme peut en effet être activé à la demande de n’importe quel Etat, organisation internationale ou agence de l’ONU.

Pourquoi entendons-nous aujourd’hui parler de ce mécanisme ?

Le mécanisme de protection civile de l’UE est régulièrement évoqué par les médias depuis plusieurs mois. D’abord en raison de la pandémie de Covid-19, durant laquelle il a été déclenché à plusieurs reprises dans le cadre du dispositif de gestion de crise de l’UE.

En 2020, le mécanisme de protection civile de l’UE a été activé pour la première fois le 28 janvier par la France. But de l’opération : rapatrier les citoyens européens se trouvant à Wuhan (Chine) et dans le reste du monde. Un mois plus tard, il a été à nouveau mobilisé pour envoyer  » plus de 25 tonnes d’équipements de protection individuelle à la Chine« , indique le site de la Commission européenne. En mars, puis en avril, il a été utilisé notamment par l’Italie, pays européen le plus touché par la pandémie, pour recevoir de l’aide des membres du mécanisme. La France, l’Allemagne et l’Autriche lui ont fait parvenir du matériel médical par ce biais, tandis que la Roumanie et la Norvège ont envoyé des équipes de médecins sur place pour épauler leurs confrères italiens. Le mécanisme a permis d’envoyer des masques supplémentaires à la Croatie, le Monténégro et la République de Macédoine du Nord le 7 août. Dernière opération en date : l’acheminement de 2 millions de gants chirurgicaux offerts par la Norvège à la France le 28 octobre 2020.

Le mécanisme de protection civile de l’UE face à la pandémie de Covid-19 en chiffres

Depuis le début de la pandémie, 23 pays ont bénéficié d’une aide extérieure pour équiper le secteur médical.

Jusqu’à présent, 30 respirateurs, 620 000 masques et 50 000 blouses de protection provenant de la réserve médicale rescEU ont été fournis par l’UE aux États membres.

Le mécanisme a également été déployé suite à l’explosion qui a touché la capitale libanaise, Beyrouth, le 4 août dernier. Activé « à la demande des autorités libanaises, le mécanisme de protection civile de l’UE coordonne actuellement le déploiement urgent de plus de 100 pompiers hautement qualifiés, avec des véhicules, des chiens et du matériel, spécialisés dans la recherche et le sauvetage en milieu urbain« ,  a fait savoir le commissaire européen en charge de la Gestion de crise Janez Lenarčič. Plusieurs pays de l’UE participent ainsi à cette opération, dont la France, l’Allemagne et la Pologne. Le 13 août, la Commission a annoncé qu’un vol humanitaire était arrivé à Beyrouth avec « 17 tonnes de fournitures humanitaires, de médicaments et de matériel médical« . Un deuxième a suivi le 31 août pour livrer « 12 tonnes de fournitures humanitaires essentielles et de matériel médical, notamment un hôpital mobile et des masques« .

[Revue de presse] Explosions à Beyrouth : l’Europe affiche sa solidarité

Comment fonctionne le mécanisme européen de protection civile ?

Lorsqu’un Etat mobilise le mécanisme de protection civile, la Commission européenne envoie une note aux Etats participants afin de savoir s’il leur est possible de venir en aide à l’Etat en difficulté.

Les Etats participants annoncent ensuite les moyens qu’ils sont en mesure d’apporter à l’Etat demandeur en utilisant le Système de communication et d’information d’urgence (CECIS). Le Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC), qui constitue le cœur du mécanisme de protection civile, se charge ensuite d’inventorier les moyens disponibles et de coordonner l’acheminement de l’aide mise à disposition.

Un graphique détaillant le fonctionnement du mécanisme européen de protection civile étape par étape a été publié par la Commission européenne et repris ci-dessous :

 

Le fonctionnement du mécanisme de protection civile de l’UE – Source :  Commission européenne

 

C’est en effet la Commission européenne qui pilote le mécanisme, intégré à la direction générale « Protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes » (surnommée ECHO), sous l’autorité du commissaire européen à la Gestion des crises, Janez Lenarčič.

  • Le Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC)

Le Centre de coordination de la réaction d’urgence est au cœur du fonctionnement du mécanisme de protection civile. C’est lui qui centralise et coordonne les différentes aides envoyées par les pays et qui doit assurer le déploiement rapide de cette aide d’urgence sur les lieux touchés par la catastrophe. Opérationnel 24/7, le centre opère une veille continue en étant en lien direct et permanent avec les bureaux de terrain de la direction générale ECHO. Cela lui permet ainsi d’améliorer sa réactivité face aux situations d’urgence qui sont portées à sa connaissance et d’en informer au plus vite les Etats membres.

  • Le Système commun de communication et d’information d’urgence (CECIS)

Cette application d’alerte et de notification fait le lien entre le Centre de coordination et les Etats participant au mécanisme en temps réel. Cette plate-forme permet de tenir un journal en ligne où le Centre de coordination peut détailler les besoins des Etats requérants et où les Etats aidants peuvent préciser les moyens qu’ils comptent mettre à disposition.

De quels moyens dispose le mécanisme européen de protection civile ?

Sur le plan financier, le mécanisme de protection civile de l’UE reçoit, en plus des contributions des Etats participants, une enveloppe financière issue du budget pluriannuel de l’UE. Sur la période 2014-2020, celle-ci s’est élevée à 574 028 000 euros. Cela permet de financer les activités de préparation avant une crise ainsi que les dépenses nécessaires au bon fonctionnement du programme (matériel et réseau informatique, études, réunions d’experts…).

D’un point de vue opérationnel, le mécanisme européen de protection civile a été renforcé par plusieurs instruments complémentaires tels que la réserve européenne de protection civile, la réserve de capacités RescEU et le service satellitaire Copernicus.

  • Réserve européenne de protection civile

La réserve européenne de protection civile a été créée en 2013 afin d’améliorer la vitesse de réaction et de déploiement du mécanisme de protection civile. Elle propose des équipes de secours, du personnel médical, ainsi que des réserves de matériel. Il s’agit en somme de réserves « pré-engagées », mises à disposition par les Etats membres volontaires (actuellement 24 sur les 37 participants au mécanisme de protection civile).

RescEU, est une réserve de matériel supplémentaire mise sur pied en 2019 et qui vient compléter les capacités du mécanisme de protection civile de l’UE pour les missions telles que la lutte contre les incendies, l’assistance médicale ou la recherche. Elle peut mettre à disposition des Etats qui en font la demande des avions bombardier d’eau contre les incendies de forêt, des hôpitaux de campagne, du matériel de sauvetage et des équipes médicales d’urgence.

Concrètement, la réserve se situe sur le territoire d’un ou plusieurs Etats membres d’hébergement. Ceux-ci sont alors responsables de l’acquisition du matériel, financé à 90 % par la Commission européenne. La part du budget financée par l’UE pour la réserve était initialement prévue à 50 millions d’euros. Mais le plan de relance de la Commission européenne validé par les chefs d’Etat et de gouvernement lors du sommet européen des 17-21 juillet, prévoit de lui accorder 1,9 milliard d’euros pour les trois prochaines années. En mars 2020, RescEU avait été renforcée avec des équipements médicaux tels que des respirateurs ou des masques pour aider les Etats membres dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Copernicus est le dernier volet de soutien au mécanisme de protection civile de l’UE. Il s’agit d’un service de cartographie par satellite qui permet de localiser les zones touchées par des catastrophes, leur nature et leur étendue, afin de planifier des opérations et des secours adaptées.

A quelles autres occasions a-t-il été déployé ?

Depuis plusieurs années, il est déployé chaque été pour lutter contre les incendies de forêt en France et en Europe. Au cours de l’été 2017, il a par exemple permis de mobiliser un avion Canadair supplémentaire pour venir en renfort dans les feux de forêt en Corse et dans le sud de la France. Pour l’été 2020, la flotte aérienne de RescEU disposait de 13 avions et de 6 hélicoptères déployables en Europe.

Avant la pandémie de Covid-19, le mécanisme européen de protection civile a déjà été utilisé pour gérer une autre crise sanitaire, l’épidémie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest, dès le mois d’août 2014 et pendant près de 2 ans. Activé à la demande de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le mécanisme a permis de fournir sur place une aide alimentaire, du matériel médical, des laboratoires, des hôpitaux de campagne ainsi qu’un appui logistique.   

Sur le plan international, avant d’être déployé à Beyrouth, le mécanisme l’avait par exemple été à Mossoul en Irak, entre 2015 et 2017. L’aide financière totale pour le pays sur cette période s’est chiffrée à plus de 200 millions d’euros, en plus de 266 tonnes de matériel. L’aide européenne a ainsi permis de couvrir « les besoins fondamentaux des plus vulnérables en Irak notamment en termes d’alimentation, de soins de santé, d’accès à l’eau, d’assainissement, d’hygiène, de protection, d’hébergement et d’éducation en contexte d’urgence« , détaille la direction générale de la Commission européenne dédiée à l’aide humanitaire et à l’application du mécanisme de protection civile de l’UE.

Protection civile : 5 exemples d’intervention de l’UE dans le monde



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire