Quand le gouvernement clamait son optimisme avant la seconde vague de Covid-19


« Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué »… Un dicton qui résume à lui seul les dernières semaines de l’exécutif. Depuis le mois de juillet, quelques semaines après le déconfinement, le gouvernement assurait à qui voulait l’entendre que la France n’avait pas à s’inquiéter de l’éventualité d’une seconde vague.

Regardez dans notre montage vidéo ci-dessous :

Mesures contre le Covid : « La décision a été prise »

Lors de la traditionnelle interview du 14-Juillet, Emmanuel Macron assurait que le pays serait « prêt » en cas d’un éventuel retour en force du Covid-19 :« Nous avons à la fois les stocks et les approvisionnements qui sont sécurisés et nous avons l’organisation au plus près du terrain, qui permettrait de faire face à une recrudescence, si elle était là ».

Fort de cet optimisme sans faille, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État en charge du Tourisme, incitait même les Français, le 12 octobre dernier, à partir en vacances pendant la Toussaint, comparant cela à « un acte citoyen ».

Serge Hefez : « Un reconfinement va aggraver la fragilité psychologique »

Sauf que la réalité a bien changé, à quelques heures de l’allocution d’Emmanuel Macron qui annoncera à 20 heures de nouvelles restrictions destinées à lutter contre la seconde vague, avec un reconfinement de plusieurs semaines à l’étude.

Il faut dire que de nombreux indicateurs sont au rouge. Un total de 523 personnes sont décédées du Covid-19 au cours des dernières 24 heures, dont 235 décès en Ehpad et 288 décès à l’hôpital. Le bilan total depuis le début de l’épidémie est de 35 541 morts. Plus de 2 900 malades étaient hospitalisés en réanimation mardi, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis avril, souligne Santé publique France.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire