Livre : Japanime – Une histoire des séries d’animation japonaises


Japanime


France : 2020
Auteurs : Clément Cusseau, Sébastien Abdelhamid
Genre : Beau-Livre, Séries TV, Animation
Éditeur : Webedia Books
Format : 210 x 270 mm
Nombre de pages : 212
Date de sortie : 29 octobre 2020

Arrivées dès 1978 en France, les séries d’animation japonaises n’ont depuis cessé d’évoluer, de se réinventer et de passionner le public français. L’influence culturelle des séries d’animation japonaises est telle que d’autres milieux culturels, à l’image de la musique, de la mode ou encore du cinéma, y puisent leur inspiration. Autrefois décriées, les séries d’animation venues du Japon ont finalement trouvé leurs lettres de noblesse et leur place sur le marché français…

Un regard sur l’histoire des séries d’animation japonaises

Japanime est un gros ouvrage (212 pages) consacré aux séries d’animation japonaises des années 70 à nos jours, et à leur rayonnement, en particulier en France. Conçu sous la direction de Clément Cusseau, avec la participation de Sébastien Abdelhamid et du YouTubeur connu sous le nom de Chef Otaku, Japanime fait le pari ambitieux de proposer à ses lecteurs « une » Histoire de l’animation japonaise, à travers l’exploration chronologique de très nombreuses séries ayant plus ou moins marqué le genre.

Des œuvres pionnières aux blockbusters les plus récents, ce sont 73 séries qui seront abordées dans l’ouvrage, par le biais d’une mise en page colorée et toujours attirante à l’œil. Chaque série est traitée de manière complète et assez sérieuse, avec un synopsis, une courte analyse et/ou remise en contexte, une poignée d’informations techniques et, selon les séries abordées, l’avis et les souvenirs du Chef Otaku, rédigés à la première personne.

Se décrivant dans la préface comme issus de la « Génération Club Dorothée », Clément Cusseau et Sébastien Abdelhamid mettent en avant un désir de « partage » autant que d’analyse, qui se traduira dans Japanime par des textes relativement courts. En partie organisés selon un modèle chronologique, ils entrecoupent leurs textes dédiés aux séries en elles-mêmes de quelques « quizz », et d’une poignée d’articles thématiques revenant sur certains aspects socio-culturels de l’animation japonaise, le plus souvent étroitement liés à sa réception en France.

Un hommage à cette production culturelle qui passionne les français

Ainsi, ils reviendront de façon très intéressante sur la censure des séries animées dans les années 70/80, sur leur doublage (qui peut parfois également être une forme de censure) ou encore sur l’image de la femme dans les séries d’animation japonaises. On trouvera également une poignée d’entretiens avec des personnalités liées au genre : Bernard Minet, Patrick Borg (doubleur), mais également Elsa Brants et Tony Valente (auteurs de mangas français). On aurait aimé que Cusseau et Abdelhamid se payent le culot d’interroger Ségolène Royal, qui dans son ouvrage Le ras-le-bol des bébés zappeurs résumait les séries d’animation japonaises en ces mots : « coups, meurtres, têtes arrachées, corps électrocutés, masques répugnants, bêtes horribles, démons rugissants. La peur, la violence, le bruit. Avec une animation minimale. Des scénarios réduits à leur plus simple expression ».

Avec un sujet aussi vaste qu’un ouvrage dédié aux séries d’animation en provenance du pays du soleil levant, inévitablement, les deux co-auteurs principaux tendent parfois à s’éparpiller un peu trop dans Japanime, quitte même à apparaître un peu hors sujet. C’est le cas notamment quand ils font le choix d’aborder les adaptations cinématographiques de certains mangas, inévitablement comparées à leurs équivalents télévisuels… qui la plupart du temps étaient déjà des adaptations. C’est le cas également quand ils abordent les références à l’animation japonaise dans le rap français, ou quand ils choisissent d’évoquer uniquement les films de cinéma dérivés de la série Dragon Ball.

Contenu précis, lecture ludique

Il ne s’agit pas d’affirmer que ces digressions sont sans intérêt : ces articles thématiques sont en effet aussi amusants que tout à fait intéressants, mais ils s’éloignent un peu trop du cœur de l’ouvrage, centré sur la série animée, son évolution, qui souligne en filigrane l’évolution de la perception de cette dernière par le public, notamment français. C’est d’autant plus clair que les auteurs de Japanime ont sciemment fait le choix de laisser de côté les films d’animations et les OAV, qui ont pourtant largement contribué à populariser l’animation japonaise dans l’hexagone, notamment à travers la collection de VHS puis de DVD édités par le label Manga Vidéo.

Pour autant, Japanime demeure un excellent ouvrage de vulgarisation, signé par une brochette de passionnés qui réussissent avec brio à en faire un livre ludique, accessible à tous, et suffisamment riche en informations pour rendre un bel hommage au genre autant qu’aux séries qui y sont abordées.

Alors, bien sûr, selon leurs chouchous, les lecteurs de Japanime considéreront inévitablement que plusieurs séries INCONTOURNABLES ont malheureusement été CONTOURNÉES par Clément Cusseau et Sébastien Abdelhamid on pense par exemple à Gantz, Excel Saga, Love Hina, Clannad, Demon slayer, Hellsing, Master Keaton, Fruits basket, Samurai 7, Space dandy… Mais ils ont choisi d’en aborder d’autres. C’est comme ça, c’est eux les chefs à bord. Ils ne pouvaient pas les évoquer toutes. Et ils n’ont pas chômé, puisqu’au fil des pages du livre, vous trouverez des articles consacrés à :

[roulement de tambour]

Astro le petit robot, Le Roi Léo, Ashita No Joe, Devilman, Mazinger Z, Yamato, Goldorak, Candy, Lupin III, Albator le corsaire de l’espace, Capitaine Flam, Mobile Suit Gundam, Lady Oscar, Cobra, Tom Sawyer, Ulysse 31, Dr. Slump, Olive et Tom, Cat’s Eyes, Ken le survivant, Jeanne et Serge, Le Collège fou fou fou, Princesse Sarah, Dragon Ball, Juliette je t’aime, Les Chevaliers du Zodiaque, Nicky Larson, Dragon Ball Z, Ranma 1/2, Nadia le secret de l’eau bleue, Fly, Sailor Moon, Yu Yu Hakusho, Slam Dunk, Neon Genesis Evangelion, Dragon Ball GT, Détective Conan, Kenshin le vagabond, Pokémon, Berserk, Nazca, Cowboy Bebop, Trigun, Digimon, GTO, Samurai Deeper Kyo, Ghost in the Shell – Stand Alone Complex, Monster, Samurai Champloo, Mushishi, Death Note, Code Geass, JoJo’s Bizarre Adventure, Kill la Kill, Tokyo Ghoul, Terror in resonance, Assassination Classroom, One-Punch Man, Hunter X Hunter, One Piece, Yu-Gi-Oh!, Naruto, Naruto Shippuden, Boruto : Naruto Next Generations, Fullmetal Alchimist, Bleach, Fairy Tail, Sword Art Online, My Hero Academia, Black Clover, L’Attaque des Titans, Dragon Ball Super et Radiant. C’est déjà pas mal, non ?

Un mot sur l’éditeur : Depuis 2017, Webedia books collabore avec des auteurs experts et passionnés afin de proposer au public des beaux-livres, à la fois pointus et ludiques. Des phénomènes jeux vidéos aux séries en passant par le cinéma, l’animation japonaise et la culture geek, Webedia books explore avec exigence et passion les nouveaux territoires de la culture pop.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire