Wall Street stable au lendemain d’une chute



Wall Street évoluait proche de l’équilibre mardi au lendemain d’une forte baisse, le marché digérant une avalanche de résultats trimestriels de grands groupes.

Vers 14H15 GMT,le Dow Jones Industrial Average (DJIA) cédait 0,23% à 27.620,83 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,31% à 11.393,68 points et l’indice élargi S&P 500 abandonnait 0,03% à 3.400,10 points.

La Bourse de New York avait nettement décroché lundi dans un marché s’inquiétant de la situation sanitaire mondiale, perdant espoir sur un accord concernant un plan de relance américain et redoutant l’issue de l’élection présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis: le Dow Jones avait chuté de 2,29%, connaissant sa pire séance depuis septembre, et le Nasdaq avait perdu 1,64%.

« Les facteurs macroéconomiques d’hier n’ont pas changé », rappelle Patrick O’Hare de Briefing.com. « Mais pour le moment, les acteurs du marché semblent vouloir se dissocier de +tout ça+ et se concentrer sur d’autres sujets », ajoute l’expert, qui cite la publication avant l’ouverture des résultats de plusieurs membres du Dow Jones, l’indice vedette.

Le groupe américain 3M (-1,22%), qui fabrique notamment des post-it, des masques et des pansements, reculait, pénalisé par la baisse sur un an de son bénéfice entre juillet et septembre.

Caterpillar (-2,94%), qui a vu son bénéfice net et son chiffre d’affaires fondre sur un an avec le ralentissement de l’économie mondiale, cédait du terrain.

Le laboratoire pharmaceutique américain Merck (+1,08%) montait, soutenu par la forte progression des ventes de son anti-cancéreux Keytruda et de ses produits pour animaux au troisième trimestre ainsi que par la révision à la hausse de ses prévisions pour l’année.

Parmi les groupes ne faisant pas partie du DJIA qui ont publié leurs résultats, le groupe pharmaceutique américain Pfizer (-1,341%) baissait après avoir fait part d’un plongeon de son bénéfice net, affecté en partie par l’impact du Covid-19 sur les ventes de certains médicaments, tandis qu’il continue à travailler sur un vaccin.

Eli Lilly (-5,55%) plongeait après la publication de chiffres décevants que l’entreprise a mis sur le compte de la hausse des coûts pour le développement de traitements contre le Covid-19 et de la baisse de la demande pour certains de ses médicaments.

Le groupe a aussi dû mettre fin à une étude menée avec le gouvernement américain sur un anticorps-médicament pour les patients hospitalisés en raison du coronavirus.

Le groupe de défense et d’aéronautique Raytheon Technologies, issu de la fusion en début d’année de Raytheon et de United Technologies, baissait (-3,29%) après le fort repli de son bénéfice net au troisième trimestre.

Après la clôture de la Bourse, Microsoft fera part de son bilan de santé trimestriel. Le groupe de Redmond (Washington, nord-ouest) sera imité jeudi par les autres géants américains du numérique que sont Alphabet (la maison mère de Google), Amazon, Facebook et Apple.

Parmi les autres valeurs du jour, le fabricant américain de puces informatiques Xilinx grimpait (+9,04%) après son rachat par son rival Advanced Micro Devices(-3,99%) pour 35 milliards de dollars en actions, une opération qui accentue la consolidation d’un secteur en pleine transformation.

Au rang des indicateurs, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté bien plus que prévu en septembre (+1,9%), tirées notamment par les équipements de transport et le secteur automobile, selon les données publiées par le département du Commerce.

La confiance des consommateurs américains s’est elle légèrement dégradée en octobre à la suite d’une forte amélioration en septembre, selon l’indice du Conference Board, qui fait état d’une baisse dans les attentes des consommateurs pour les mois à venir.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire