Le Sénat américain vote ce lundi pour confirmer la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême


Le Sénat américain devrait confirmer définitivement ce lundi 26 octobre la nomination à la Cour suprême d’une juge choisie par Donald Trump, qui pourra ainsi se targuer, à huit jours de la présidentielle, d’avoir durablement consolidé la majorité conservatrice au sein de cette institution-clé.

Distancé par son adversaire Joe Biden dans les sondages, le président républicain avait désigné la magistrate Amy Coney Barrett, une fervente catholique conservatrice de 48 ans, pour succéder à l’icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg après son décès.

10 choses à savoir sur Amy Coney Barrett, choix de Trump pour la Cour suprême

Le président républicain compte sur ce vote rondement mené pour satisfaire sa base électorale. Il aura au cours de son mandat nommé trois juges conservateurs au sein du temple du droit américain.

Les démocrates dénoncent de leur côté sa volonté de faire aboutir une nomination aussi capitale, d’une juge choisie à vie, aussi près du scrutin du 3 novembre, mais disposent de peu de leviers pour s’y opposer.

« Le processus le plus hypocrite de l’histoire »

Car les républicains sont majoritaires au Sénat, au moins jusqu’aux élections du 3 novembre puisque outre leur président, les Américains renouvelleront aussi partiellement le Congrès. La majorité simple de 51 voix, aux mains des républicains, suffira.

« Nous allons donner à cette candidate les votes qu’elle mérite pas plus tard que lundi », avait lancé dès vendredi, à l’ouverture des débats, le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell, balayant les appels démocrates à attendre le résultat des élections.

« Les juges de la Cour suprême ont un pouvoir politique beaucoup plus fort que la simple constitutionnalité des lois »

Les républicains « supervisent le processus le plus partisan, le plus hypocrite et le moins légitime de l’histoire » des confirmations à la Cour suprême, avait répondu son alter ego démocrate Chuck Schumer, rappelant que le même Mitch McConnell avait refusé, en 2016, d’auditionner un juge nommé par le président de l’époque, Barack Obama, sous prétexte que les élections étaient trop proches.

L’arrivée de la juge Barrett modifiera considérablement l’équilibre au sein de la haute juridiction, avec une majorité conservatrice de six juges contre trois plus progressistes.

Cette mère de sept enfants opposée à l’avortement pourra, sauf surprise, participer à sa première audience dès le 2 novembre, la veille de l’élection présidentielle. Elle siégera donc théoriquement en cas d’examen d’éventuels recours contre les résultats du scrutin.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire