match nul et avantage au démocrate



CARNET DE CAMPAGNE

Philippe Boulet-Gercourt, correspondant de « l’Obs » aux Etats-Unis, relate dans son carnet de campagne les petits et les grands moments de l’élection présidentielle du 3 novembre, un scrutin à haut risque.

Scoop ! « News flash » ! Stoppez les rotatives ! Donald. Trump. Est. Resté. Calme ! Répétez après moi : Donald Trump a gardé son sang-froid, il a même été très poli avec l’animatrice du débat, la journaliste de NBC Kristen Welker, qu’il accusait quelques heures plus tôt d’être horriblement biaisée : « Merci, et j’apprécie cela. […] Je respecte la façon dont vous conduisez les choses. » On s’est pincé. Et puis l’on s’est dit : il faut vraiment que la situation soit désespérée pour que Trump écoute ses conseillers.

Le problème : ça ne suffit pas. Cela aurait pu marcher si le président sortant avait été favori, mais il est mené dans tous les sondages et si l’élection correspond à ce qu’ils indiquent – un « si » de taille, on en convient –, il connaîtra une bérézina sans précédent le 3 novembre. C’était au républicain de mener l’offensive, de bousculer son rival démocrate Joe Biden. Il n’y est pas arrivé. On doute que ce dernier face-à-face, organisé jeudi 22 octobre à Nashville, ait fait bouger la moindre voix.

Plan de relance vert, réforme fiscale… Le programme de Joe Biden, un nouveau « New Deal »

Tout de même, quel changement par rapport au chaotique premier débat ! Dans le style, on ne pouvait s’empêcher de se dire que s’il avait adopté plus tôt la retenue q

Pour lire les 81 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire