le couvre-feu étendu à 38 nouveaux départements dès vendredi minuit


Trente-huit nouveaux départements et la Polynésie vont basculer en « alerte maximale » contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef et ce, pour une durée de six semaines, a annoncé le Premier ministre Jean Castex lors d’un point presse ce jeudi 22 octobre.

L’attestation de déplacement dérogatoire fait son retour avec le couvre-feu : ce qu’il faut savoir

En tout, 54 départements et un territoire d’outre-mer sont désormais en zone d’alerte maximale, soit 46 millions de Français.

> Retrouvez ici la carte des pays désormais en « alerte maximale » et concernés par un couvre-feu :

Sont concernés par ce basculement : l’Ain, les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, les Ardennes, l’Ariège, l’Aube, l’Aveyron, le Bas-Rhin, le Calvados, la Corse-du-Sud, la Côte-d’Or, la Drôme, le Gard, la Haute-Corse, la Haute-Loire, la Haute-Savoie, la Haute-Vienne, les Hautes-Alpes, les Hautes-Pyrénées, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre-et-Loire, le Jura, le Loiret, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, l’Oise, le Pas-de-Calais, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, les Pyrénées-Orientales, la Saône-et-Loire, la Savoie, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var et le Vaucluse, ainsi que la Polynésie.

4 777 verbalisations pour non-respect du couvre-feu

Ce couvre-feu, qui prendra effet vendredi minuit, se fera de 21 heures à 6 heures et pour une durée de six semaines, comme cela avait été le cas pour les métropoles qui y étaient déjà soumises depuis samedi : Paris, Lille, Lyon, Rouen, Grenoble, Saint-Etienne, Montpellier et Toulouse, et la métropole d’Aix-Marseille.

Sport, sorties, transports… La vie sous couvre-feu en 7 questions pratiques

Dans ces métropoles, le couvre-feu est bien respecté selon le Premier ministre, qui a expliqué que les forces de l’ordre ont effectué depuis samedi « 32 033 contrôles et prononcé 4 777 verbalisations pour non-respect du couvre-feu ».

Le Premier ministre a toutefois prévenu : des « mesures beaucoup plus dures » pourront être prises si l’épidémie n’est pas jugulée.

Face à ce couvre-feu, les conséquences économiques risquent d’être importantes pour les secteurs impactés. « Ces mesures ne sont en aucun cas des sanctions contre eux, a assuré Jean Castex. Ce sont des mesures de prévention destinées à limiter la propagation du virus. » Pour les aider, les mesures de soutien économique « seront étendues à l’ensemble des départements basculant sous régime du couvre-feu ». Le Premier ministre a notamment cité le fonds de solidarité, les exonérations de cotisations sociales et le prolongement de prêts garantis par l’Etat.

« Le mois de novembre sera éprouvant »

Selon le Premier ministre, le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas confirmé de Covid-19 pour 100 000 habitants, a progressé de 40 % en une semaine, pour atteindre 251 sur le territoire national. Et le taux de reproduction du virus induit un doublement du nombre de cas tous les quinze jours.

Baby-sitters, serveurs, livreurs… Le couvre-feu sonne le glas des jobs d’étudiants

« Les semaines à venir seront dures, a ajouté Jean Castex. Le mois de novembre sera éprouvant, nous le savons déjà. »

« La vague de décès va forcément augmenter dans les semaines à venir », a prévenu de son côté le ministre de la Santé Olivier Véran.

L’état d’urgence sanitaire bientôt prolongé

Mercredi, les chiffres de Santé publique France démontraient l’accélération des contaminations : 26 676 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés dans les dernières vingt-quatre heures, contre un peu plus de 20 000 la veille ; 284 nouvelles entrées en réanimation soit 2 239 personnes au total pour une capacité nationale de 5 800 lits. Et 166 morts de plus, faisant passer la barre des 34 000 décès en France depuis le début de la pandémie mondiale.

Tous au coin du couvre-feu !

Désireux d’élargir sa marge de manœuvre, l’exécutif a adopté en conseil des ministres un projet de loi pour prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février 2021 inclus. Nécessitant un vote au Parlement, il sera examiné dès ce week-end à l’Assemblée.

L’exécutif entend aussi pouvoir appliquer des mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou d’ouvertures des établissements au moins jusqu’au 1er avril 2021, sur tout ou partie du territoire et en fonction de la situation épidémique, selon le même texte.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire