l’État se dit prêt à investir



C’est un nouveau point d’étape dans la négociation dans l’affaire de la fermeture de l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) qui s’est tenu au ministère de l’Économie et des Finances, lundi 19 octobre. « L’objectif des discussions de ce matin était de revoir les différents scénarios alternatifs à la fermeture du site de Béthune« , explique la journaliste Maëlys Septembre. Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, ainsi que les syndicats étaient présents à la réunion. La direction n’y était pas. « Plusieurs options sont sur la table pour tenter de sauver le site de Béthune : la reprise par un autre industriel du secteur du pneumatique ou par un autre industriel« . La montée en gamme de la production, avec des pneus plus qualitatifs et donc plus chers, peut être envisagée.

« L’État s’est dit prêt à investir aux côtés de Bridgestone pour tenter de sauver l’usine et ses 860 emplois« , rapporte la journaliste de France Télévisions en direct de Bercy. Pour le moment, impossible de savoir quelle option aura la faveur du groupe japonais qui avait estimé mi-septembre qu’une fermeture définitive était la seule option. « Pas de décision définitive ce matin, un rapport de contre-expertise est attendu dans les mois à venir. C’est sur celui-ci que se baseront la direction et l’État pour décider de l’avenir du site de Béthune« .

Le

Les autres sujets du



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire