Quand Mélenchon pose un lapin à France 2 pour ne pas débattre avec Véran



Il était annoncé comme l’une des stars de l’émission « Vous avez la parole ». Sur les réseaux sociaux, il avait même partagé une photo de lui annonçant sa participation et l’heure à laquelle il devait s’exprimer. Mais au dernier moment, Jean-Luc Mélenchon a finalement posé un lapin à France 2 et refusé de prendre part à une émission diffusée en direct depuis le stade Vélodrome, vingt-quatre heures après les annonces d’Emmanuel Macron décrétant un couvre-feu pour 20 millions de Français.

Sport, sorties, transports… La vie sous couvre-feu en 7 questions pratiques

Pourquoi un tel revirement ? « Un changement de l’organisation de l’émission me conduit à renoncer à ma participation », s’est justifié le député de Marseille qui avait pourtant pris un train dans l’après-midi depuis Paris. Sur sa page Facebook, il a ensuite développé : « Un déroulement était prévu. Je devais faire l’ouverture pour répondre à Macron d’hier soir. Un autre s’est mis en place en dernière minute. […] Les émissions politiques doivent respecter leurs invités. Sur le service public, les opposants aussi ont des droits. Castex, Macron, Véran à la suite sur France 2. Nous ne sommes pas leur décor. »

La chaîne publique lui a répondu en direct par la voix de Thomas Sotto. Selon le journaliste, Mélenchon a « exigé » qu’Olivier Véran quitte le plateau pour intervenir. « Une condition dont il n’a jamais été question. On avait établi des règles très claires avec lui. Il est évident que nous gardons la maîtrise éditoriale de cette émission. Nous n’avons donc pas accédé à sa demande », a-t-il précisé à l’antenne.

Véran, Buzyn, Philippe et Ndiaye perquisitionnés dans le cadre de l’enquête sur la gestion du Covid

Le concept de l’émission est le suivant : un invité échange avec plusieurs Français. Jeudi soir, c’est Olivier Véran qui devait remplir ce rôle. Puis Mélenchon devait arriver en plateau et répondre à son tour aux questions des journalistes et des citoyens sélectionnés. « Il n’a jamais été question d’un débat face à face entre les deux hommes. Mélenchon a refusé de partager le même plateau que le ministre, de siéger en même temps que lui. Il l’a fait savoir au tout dernier moment, alors qu’une partie de son équipe était déjà arrivée sur place. Nous n’avons pas voulu lui tendre un piège. C’est une polémique que nous regrettons », fait-on savoir à France 2.

Agacé, semble-t-il, par la tournure des événements, Jean-Luc Mélenchon n’a pas tardé à répliquer :

« Salamé et Sotto sont des menteurs. Ils ne maîtrisent pas leur ligne éditoriale : c’est juste le chaos. »

Sur sa page Facebook, il s’est même moqué de la faible audience rencontrée par l’émission qu’il a boycottée, devancée par la série « Infidèle » sur TF1 et un film de et avec Clint Eastwood sur France 3…

Ce n’est pas une première

L’« insoumis » a-t-il flairé un traquenard ? Par le passé, « JLM » s’est déjà plusieurs fois emporté contre « l’Emission politique » de France 2, se plaignant de leur format, du choix des invités ou encore des questions des intervieweurs, à commencer par celles de Nathalie Saint-Cricq. A cet égard, le lapin posé à Sotto et Salamé est un épisode de plus dans l’histoire conflictuelle qu’entretient Mélenchon avec un média du service public.

Quant aux téléspectateurs intéressés par un débat entre le ministre de la Santé et le principal opposant de gauche, probable candidat à la prochaine présidentielle, ils devront se contenter d’un bref échange sur Twitter. Juste après l’annonce du couvre-feu mercredi soir, Mélenchon avait dénoncé la gestion de crise d’Emmanuel Macron, et notamment le fait de fermer bars et restaurant tout en laissant ouvertes écoles et universités. « 60 % des contaminations ont lieu au travail ou à l’école ou à l’université entre 8 heures et 19 heures Mais Macron interdit les sorties au bar et au resto entre 20 heures et 6 heures. Bienvenue en Absurdie. », avait-il écrit dans un tweet très relayé. « 60 % des clusters, ça signifie 10 % des contaminations identifiées. Vous confondez clusters et diagnostics. », avait répondu Olivier Véran.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire