[Podcast] Erasmus +, un tremplin vers l’emploi



Vidéo


16.10.2020

Barthélémy Gaillard, Alexandra Lesur

Erasmus + permet aux étudiants, apprentis, demandeurs d’emploi de profiter d’une expérience de mobilité dans un pays étranger et de décrocher un job grâce à de nouvelles compétences mises en valeur dans le CV Europass. Comment en profiter ? Quels sont les outils à disposition ? Alexandra Lesur et Barthélémy Gaillard vous expliquent tout, dans notre podcast « Explique-moi l’Europe ».

 

Commençons par tordre le cou à une idée reçue : Erasmus, ça ne se résume pas aux études à l’étranger et à des expériences du type de celle vue dans l’Auberge espagnole, c’est bien ça ?

Exactement. En fait Erasmus + s’adresse à tout le monde. L’année dernière, en France, en plus des 57 000 mobilités financées pour des étudiants, Erasmus + a permis à 43 000 autres personnes de partir à l’étranger. Parmi eux, des apprentis, des lycéens en bac pro, des demandeurs d’emploi, des professeurs et des formateurs.  La conviction de l’Europe, derrière tout ça, c’est que dans tous les métiers et à tous les âges, la mobilité est utile. Ces expériences permettent en effet d’étoffer son bagage culturel et professionnel en découvrant les pratiques et les traditions d’un pays. Pour Erasmus +, c’est un moyen de réaliser un de ses objectifs, favoriser l’emploi pour tous.

D’accord, mais dans la pratique, comment Erasmus + peut aider à trouver un emploi ?

D’abord via la mobilité, puisque les bénéficiaires développent des compétences professionnelles qui leur seront utiles sur le marché du travail. Ça se concrétise par l’apprentissage d’une langue étrangère bien sûr, mais aussi par des expériences en milieu professionnel puisqu’aujourd’hui, plus de la moitié des mobilités Erasmus + sont des stages en entreprise, où l’on apprend bien plus qu’un métier…

Qu’est-ce qu’on apprend d’autre dans ces stages alors ?

C’est aussi l’occasion de développer ce qu’on appelle les compétences transversales, des savoir-faire et des savoir-être -comme la capacité d’adaptation ou l’ouverture aux autres- qui se retrouvent dans tous les métiers et qui sont très appréciées des employeurs. Sans oublier qu’Erasmus + peut permettre de se constituer un réseau à l’étranger, et ça, ça démultiplie les opportunités ! En termes d’insertion professionnelle, les bénéfices sont donc nombreux, comme l’explique Jean-Christophe Bonnin, chef de projet mobilité pour Pôle Emploi.

J’ai bien compris le principe, mais maintenant, est-ce que vous avez un exemple d’insertion professionnelle réussie grâce à Erasmus + ?

Oui, un bon exemple, c’est le parcours d’Anéa, 24 ans, originaire d’ïle-de-France. Elle a bénéficié d’un projet mené à Roissy, où un groupement d’entreprises, d’agences Pôle emploi et de missions locales permet à des jeunes de partir à l’étranger avec Erasmus +. Après un stage à l’aéroport de Bristol, Anéa pu s’améliorer en anglais et derrière, décrocher un poste d’hôtesse de l’air chez Air France. Et elle n’est pas un cas isolé puisque la France est le deuxième pays qui finance le plus de mobilités professionnelles Erasmus +. Une vraie expérience pro, donc, avec un job à la clé. De quoi construire un CV européen convaincant avec Europass…

Alors là je vous coupe Barthélémy, mais c’est quoi Europass ?

Et bien si on considère Erasmus + comme un voyage vers l’emploi, on peut dire qu’Europass en serait le passeport. En fait c’est une plateforme en ligne qui permet de créer son profil professionnel sur la base de compétences formelles -comme la maîtrise d’un logiciel- mais aussi informelles -comme le travail en équipe. C’est une sorte de CV amélioré où chaque compétence peut être justifiée par un diplôme ou une lettre de recommandation. Construire son CV Europass, c’est aussi l’occasion pour chacun de réfléchir à son profil et à la meilleure manière de le présenter. Et c’est un modèle dont les recruteurs sont friands, comme l’explique Marie Domnine Rame, responsable RH chez Polleniz :

En plus de ça, Europass, dont une nouvelle version a été lancée le 30 septembre dernier, est un CV européen standardisé disponible sur Internet en 29 langues et dans 35 pays. Les utilisateurs peuvent donc être visibles à l’international et élargir le champ de leurs opportunités. D’autant qu’Europass est lié au site Eures, qui permet de recevoir des offres d’emploi et de formation à travers l’Europe.

Si je comprends bien, c’est une manière de faire se rencontrer plus facilement l’offre et la demande au niveau européen, c’est bien ça ?
Oui, et c’est un enjeu de taille, surtout en période de crise économique. Il faut savoir que 150 000 postes restent non pourvus en France chaque année. Et au niveau européen, en mai 2020, la plateforme Eures estimait que près de 3 millions de postes étaient vacants

Europass et Eures, deux sites utiles donc, mais pas les seuls…

Effectivement, la Commission européenne propose aussi un panorama européen des compétences, qui est en fait un site qui permet de voir en un coup d’œil quels secteurs embauchent dans tel ou tel pays en Europe.

En termes d’emploi, la Commission fixe aussi des orientations, par exemple avec l’Agenda Européen pour la Formation des Adultes. Cet agenda défini par le Conseil et la Commission européenne fixe des priorités pour la formation des travailleurs faiblement qualifiés, qui représentent tout de même un travailleur sur quatre en Europe aujourd’hui.

Un travailleur sur quatre, ce n’est pas rien effectivement. Mais alors comment l’Europe se bouge-t-elle pour aider ce public ?

Le but avec cet agenda européen, c’est d’identifier les besoins de ces travailleurs, peu qualifiés, de leur proposer des formations ou encore de leur faire prendre conscience de leurs compétences transversales. Concrètement, ces politiques permettent par exemple de lutter contre l’illettrisme, qui touche 2,5 millions de Français. En France, tout ça est supervisé par l’agence Erasmus +, qui se charge d’appliquer ces orientations en travaillant avec tous les acteurs de l’emploi.

Merci Barthélémy. On résume donc : Erasmus + propose non seulement des séjours à l’étranger pour tous les publics, mais aussi des outils pour l’insertion professionnelle comme Europass, le CV européen qui permet à un candidat d’être présent dans 35 pays à la fois. Des opportunités professionnelles parfois méconnues, mais plus utiles que jamais, alors que la crise du coronavirus menace l’emploi des jeunes.

Ce podcast a été réalisé en partenariat avec l’agence Erasmus +. Retrouvez-le sur le site de Toute l’Europe et sur toutes les plateformes d’écoute.



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire