manifestation « contre la haine », place de la République dimanche


Après l’effroi, le soutien à la communauté éducative. Plusieurs associations et syndicats, ainsi que le journal « Charlie Hebdo », appellent à une manifestation unitaire, dimanche 18 octobre, en mémoire de Samuel Paty, professeur d’histoire assassiné et décapité, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, pour avoir débattu en classe de la liberté d’expression et des caricatures de Mahomet.

Le syndicat Snes-FSU, majoritaire au sein des enseignants du second degré, a annoncé des rassemblements dans de nombreuses villes. A Paris, rendez-vous est donné à 15 heures, place de la République. « Soyons nombreux-ses à nous mobiliser contre la haine et pour la liberté d’expression », écrit le Snes-FSU, dont le logo porte est barré de noir en signe de deuil.

L’appel à manifester est également signé par les syndicats d’enseignants Sgen-CFDT, Unsa-Education et SNALC, par les syndicats étudiants Unef, Fage et UEJF, par le syndicat lycéen FIDL, par l’association de parents d’élèves FCPE, par l’association « Dessinez Créez Liberté », par la LDH, le MRAP, l’UNIOPSS et la Fédération Léo Lagrange.

« Comme tout enseignant, Samuel Paty cherchait à préparer des jeunes à l’exercice de l’esprit critique, condition essentielle à une pleine citoyenneté », écrivent les signataires de l’appel.

« Nous nous rassemblerons pour dire des choses simples et importantes. Que nous pensons à Samuel Paty ainsi qu’à ses proches endeuillés.Que les enseignants doivent être soutenus dans l’exercice de leur métier.Que nous sommes attachés à la liberté d’expression et que nous refusons les logiques extrémistes et obscurantistes.Que nous sommes attachés à la laïcité, qui garantit la liberté de conscience.Que ça n’est pas par la haine que nous répondrons à la haine qui a coûté la vie à Samuel Paty mais par la promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. »

Le syndicat CFTC s’est associé au mouvement, a annoncé son numéro 1, Cyril Chabanier.

Une manifestation autorisée

Malgré le contexte sanitaire, la préfecture de police de Paris a autorisé le rassemblement. « Je comprends cette initiative, j’y adhère. Si elle devait avoir lieu, j’irai évidemment à cette manifestation dans le respect des conditions sanitaires qui sont les nôtres aujourd’hui », avait affirmé à la presse le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer dans la matinée. « Nous devons montrer notre soutien à la République », a-t-il ajouté. L’Elysée a indiqué samedi qu’un « hommage national » serait rendu à l’enseignant.

A Toulouse, Lyon…

A Toulouse, une manifestation est organisée au même moment place du Capitole. A Lyon, elle aura lieu place Bellecour. De même à Caen, Avignon, Marseille… Le Snes-FSU a publié une carte des rassemblements prévus, et qui s’ajoutent à de nombreux rassemblements qui ont déjà eu lieu samedi, notamment à Montpellier :

« L’école est contaminée par la tentation communautariste »

Les soutiens de « Charlie » et de Mélenchon

L’hebdomadaire satirique « Charlie Hebdo », cible en 2015 d’une attaque terroriste islamiste, compte parmi ceux qui appellent à manifester. « Samuel Paty a été assassiné pour avoir montré des caricatures de Mahomet dans une de ses classes », souligne le journal.

Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a appelé à une forte mobilisation, à Paris mais aussi « sur toutes les places de la République de notre pays ».

« Il est important que les terroristes sachent que l’école est en France l’une des deux colonnes de la République, avec la liberté de l’information », a-t-il déclaré samedi.Entre Mélenchon et « Charlie », tout n’est pas pardonné

La députée écologiste Delphine Batho ou encore l’adjoint à la maire de Paris Patrick Bloche (PS) ont, eux aussi, relayé les appels à rassemblements.

B.L.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire