Le Maire et Bachelot divisés sur de possibles dérogations pour le monde de la culture


Le couvre-feu entrera en vigueur dès ce vendredi soir minuit pour 20 millions de Français. Les salles de spectacle, les cinémas et les théâtres, concernés par la mesure, devront eux aussi fermer leurs portes à 21 heures. Et si ces établissements culturels envisagent déjà de s’adapter afin de garantir la plupart des représentations prévues, d’autres réclament une dérogation afin d’assouplir les horaires pour le secteur.

« Ça va être l’enfer » : les Parisiens réagissent à l’instauration du couvre-feu

Le gouvernement apparaît cependant divisé sur cette possibilité. Dans sa conférence de presse jeudi 16 octobre, le Premier ministre Jean Castex a simplement indiqué : « Il faut qu’on l’étudie. » Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, plaide en faveur d’un assouplissement tandis que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire semble fermer la porte à des exemptions.

Hidalgo et Bachelot demandent un assouplissement

Après l’annonce du couvre-feu, la maire de Paris Anne Hidalgo, avait affirmé dès mercredi sa volonté de trouver des solutions de concert avec la ministre de la Culture pour le spectacle vivant.

« Je solliciterai la ministre de la Culture pour trouver des solutions ou des dérogations pour que les auteurs et les artistes du spectacle vivant puissent continuer à présenter au public leurs créations dans le strict respect des règles sanitaires », assurait-elle dans un tweet.

Jeudi, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a plaidé en faveur d’un assouplissement du couvre-feu « sous réserve bien sûr de l’évolution sanitaire » dans une interview accordée au « Parisien ».

« Un couvre-feu strict peut être une mesure efficace »

Ce que les salles de spectacles et les cinémas voudraient, « c’est plutôt de considérer que 21 heures, ce n’est pas l’heure à laquelle on doit être chez soi mais, pour ceux qui ont un ticket pour une pièce ou un film, l’heure du départ de la salle. Cela me paraît plaidable », indique la ministre, affichant sa volonté :

« Je suis aussi la médiatrice entre le monde de la culture et le gouvernement pour que des assouplissements, s’ils sont possibles au vu de la gravité de la crise sanitaire, puissent être mis en œuvre de la meilleure façon. »Travail, train, animal de compagnie… les exceptions au couvre-feu annoncées par Castex

« Si on multiplie les exemptions, on ne va pas s’en sortir »

Interrogé ce vendredi sur BFMTV quant à de potentielles dérogations dans le domaine de la culture, Bruno Le Maire a en revanche insisté sur la nécessité d’une règle efficace et « lisible pour tous les Français ».

« Je pense que ce qui fait la force d’une règle, c’est sa clarté et sa simplicité », a indiqué le locataire de Bercy, avant d’expliciter :

« Si vous commencez à multiplier les exemptions, à dire : pour tel secteur d’activité ce ne sera pas 21 heures, ce sera 22 heures, pour les autres ce sera 22h30, pour les autres ce sera 23 heures… On ne va pas s’en sortir. »

Le ministre de l’Economie s’est dit défavorable à toute exemption « sauf pour des personnels de santé, les urgences… ».

Un couvre-feu coûte beaucoup moins cher à l’Etat qu’un reconfinement, explique Bruno Le Maire

Ce sont des exceptions « qui se justifient par des circonstances exceptionnelles », a-t-il poursuivi, indiquant qu’il allait rencontrer Roselyne Bachelot « dans quelques heures ».

Selon les informations de nos confrères du « Monde », Emmanuel Macron plaiderait en faveur de cet assouplissement. « La décision est en débat », se borne à déclarer l’entourage de son Premier ministre Jean Castex.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire