Après l’échec de StopCovid, Castex annonce une nouvelle version pour le 22 octobre


Malgré les polémiques portant sur son inefficacité et son coût élevé, l’appli StopCovid n’est pas remisée à la corbeille des gadgets numériques inutiles, au contraire. Une nouvelle version de l’appli de traçage des malades du coronavirus arrivera le 22 octobre, a annoncé le Premier ministre Jean Castex, ce lundi 12 octobre sur Franceinfo.

Lancée en juin, la version actuelle de StopCovid a été installée 2,6 millions de fois en France. C’est bien moins que les applications britanniques et allemandes, téléchargées respectivement 16 et 18 millions de fois.

En outre, selon des chiffres communiqués par le gouvernement, seulement 7 969 personnes s’y sont déclarées comme étant positives. L’appli n’a servi à envoyer que 472 notifications à de potentiels cas contacts.

Or, comme l’a révélé « l’Obs » en juin, l’appli coûte plus de 200 000 euros chaque mois en frais de maintenance et de sécurisation des données – un marché confié à Dassault Sytèmes via sa filiale Outscale. Sur quatre mois, le coût dépasse donc les 1 700 euros par notification.

StopCovid, une application au coût salé

« TéléCovid »

Jean Castex lui-même a avoué fin septembre qu’il n’avait pas téléchargé l’application. Lundi matin, le Premier ministre a cherché à s’en justifier, tout en faisant une erreur sur le nom de l’appli :

« J’ai pris un portable sécurisé, donc je n’ai pas téléchargé TéléCovid (sic) », a-t-il déclaré.

L’application n’a « pas eu les effets escomptés », a reconnu Jean Castex. « Le gouvernement, le président de la République, ont demandé à travailler sur une nouvelle version qui sera officiellement lancée le 22 octobre et donc à ce moment-là je la téléchargerai », a-t-il ajouté.

Castex n’a pas téléchargé l’application StopCovid : l’aveu embarrassant du Premier ministre en direct

Le secrétaire d’Etat chargé du numérique Cédric O avait admis la semaine passée devant le Sénat que l’application marchait « mal » :

« Si nous voulons relancer l’application, nous avons besoin de trouver des relais et des alliés. […] Si les professions médicales estiment que c’est utile, alors elles doivent le dire », avait-il insisté, notant « le manque de confiance » dont souffre la parole politique.

Pourquoi l’appli StopCovid a toutes les chances d’être un échec

Une nouvelle société doit remplacer fin octobre le français CapGemini qui travaillait jusqu’alors gratuitement comme chef de projet. Elle sera désignée via une procédure d’appel d’offres.

INFO OBS. StopCovid : Anticor s’inquiète de soupçons de favoritisme après nos révélations





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire