Trump veut participer à un meeting en Floride samedi soir, six jours après sa sortie de l’hôpital


Mené dans les sondages par son rival démocrate Joe Biden à vingt-six jours de la présidentielle, le tribun veut reprendre sa campagne. Cinq jours après avoir quitté l’hôpital, où il était soigné pour son infection au coronavirus, Donald Trump a affirmé ce vendredi 9 octobre qu’il envisageait de participer à un meeting de campagne dès samedi en Floride, Etat clé pour la présidentielle du 3 novembre.

Trouble narcissique, vol d’héritage et vulgarité… On a lu pour vous le livre de la nièce de Donald Trump

Le président américain, dont la voix était par moments enrouée, a déclaré sur Fox News :

« Je pense que je vais essayer de faire un meeting de campagne samedi soir, si on a assez de temps pour l’organiser, mais nous voulons avoir un meeting, probablement en Floride, samedi soir. »

Samedi marquera le dixième jour depuis que le milliardaire républicain a été testé positif au Covid-19. Pourtant, le médecin de la Maison-Blanche, Sean Conley, a ouvert la porte à des activités publiques dès samedi, affirmant que le président avait « globalement extrêmement bien réagi au traitement » qui lui a été administré contre la maladie. Il a précisé que « sur la base de la trajectoire des diagnostics avancés », il permet au président de reprendre « ses activités à ce moment-là sans risque ».

Trump va-t-il nous faire le coup du come-back ?

Après avoir jugé « inacceptable » de participer à un débat virtuel qui visait à « garantir la sécurité de tous les participants » la semaine prochaine, Donald Trump a exigé de débattre deux fois en personne contre son rival : le 22 octobre comme prévu et lors d’une rencontre supplémentaire le 29, à cinq jours seulement de la présidentielle américaine. Une proposition immédiatement rejetée par l’équipe de Joe Biden.

Commission d’enquête sur les capacités de Trump

Les démocrates, eux, mettent en doute sa capacité à gouverner. Selon la présidente démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, Donald Trump souffre « d’une dissociation de la réalité qui serait amusante si elle n’était pas si meurtrière ».

Dans les pas d’Obama ? En Caroline du Sud, Jaime Harrison est le héros des démocrates

Elle présente d’ailleurs, ce vendredi, une loi pour créer une commission afin d’enquêter sur les capacités de Donald Trump à diriger les Etats-Unis. Cette commission entre dans le cadre du 25e amendement de la Constitution américaine, qui prévoit que le président cède les rênes du pouvoir à son vice-président s’il n’est plus en situation de gouverner.

Une véritable déclaration de guerre aux républicains, qui ont réagi avec une virulence rare en accusant la démocrate d’envisager un « coup d’Etat ». L’issue de cette initiative reste ainsi très incertaine, Donald Trump bénéficiant d’un large soutien dans son parti, notamment au Sénat, où il est majoritaire.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire