Les Sud-Américains se mettent en chemin



  • La première journée aura lieu jeudi et vendredi
  • Le choc : Uruguay-Chili
  • Cinq sélectionneurs feront leurs grands débuts dans la compétition

La pandémie a reporté leur coup d’envoi de sept mois, mais rien ne diminue les attentes suscitées par ces qualifications sud-américaines pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™.

Au-delà du contexte qui peut affecter chaque équipe, il y en a trois qui partent avec un avantage apparent : le Brésil, l’Uruguay et le Pérou. Ces trois pays ont maintenu en place leurs sélectionneurs respectifs Tite, Oscar Tabarez et Ricardo Gareca, qui avaient qualifié leur équipe pour Russie 2018.

Parmi les sept autres, seuls le Chili et la Bolivie ont des entraîneurs disposant d’une expérience préalable en Amérique du Sud : le Colombien Reinaldo Rueda et le Vénézuélien Cesar Farias ont déjà vécu « les qualifications les plus difficiles du monde » à la tête d’autres sélections nationales.

Ainsi, les Argentins Lionel Scaloni en Argentine, Gustavo Alfaro en Équateur et Eduardo Berizzo au Paraguay, feront leurs débuts dans l’épreuve. Il en va de même pour les Portugais Carlos Queiroz avec la Colombie et José Peseiro avec le Venezuela.

FIFA.com vous présente les enjeux de cette première journée.

Programme de la 1*ère* journée (heure locale)

8 octobre

  • Uruguay-Chili (19:45)
  • Paraguay-Pérou (20:30)
  • Argentine-Équateur (21:10)

9 octobre

  • Colombie-Venezuela (20:30)
  • Brésil-Bolivie (21:30)

Neymar Jr. and Raul Castro of Bolivia 

Le choc

Uruguay-Chili, stade du Centenaire (Montevideo)

Quand on sait la valeur de chaque point dans cette compétition, on comprend que ce duel entre deux candidats à la qualification directe suscite beaucoup d’attention.

Le potentiel de l’Uruguay réside autant dans ses vieux briscards, comme Luis Suarez et Diego Godin, que dans ses jeunes, qu’il s’agisse de Federico Valverde, Rodrigo Betancour ou Matias Vina, l’un des derniers arrivés. Il reste à voir quelle utilisation fera Tabarez des blessés convalescents, comme Edinson Cavani en attaque et Fernando Muslera dans les buts.

Mais Rueda a aussi ses problèmes : il ne pourra notamment pas compter sur le gardien Claudio Bravo, les défenseurs Gary Medel et Mauricio Isla, ou encore le milieu de terrain Erik Pulgar, tous titulaires dans une Roja qui va tenter de retrouver la Coupe du Monde après son absence en Russie.

Ainsi, Arturo Vidal ou Alexis Sanchez, stars de l’équipe, ainsi que les cadres Charles Aranguiz ou Eduardo Vargas, devront plus que jamais prendre l’initiative afin de montrer la voie à suivre aux nouveaux venus, comme Francisco Sierralta ou Claudio Baeza.

À savoir : l’Uruguay n’a jamais perdu à domicile contre le Chili en qualifications (7 victoires et 1 nul, en 2007).

Jefferson Intriago of Ecuador struggles for the ball with Lionel Messi of Argentina

Les autres rencontres

À Buenos Aires, l’Argentine, candidate évidente à la qualification, reçoit l’Équateur, autre pays absent en Russie. Lionel Messi participera à son cinquième tournoi qualificatif au sein d’une sélection renouvelée, mais avec les obligations habituelles. Les Argentins devront se méfier d’une équipe qui, en plus de les avoir battus lors de sa dernière visite, a pour entraîneur Alfaro, ancien observateur des adversaires de l’Albiceleste.

Grande surprise du dernier tournoi qualificatif, le Pérou fera ses débuts à Asunción contre le Paraguay, qui cherche à revenir en Coupe du Monde après avoir manqué les deux dernières éditions. Au-delà de la perte de Paolo Guerrero sur blessure, la Blanquirroja présentera à peu près la même équipe que celle qui l’avait emporté lors de sa dernière visite. L’Albirroja, quant à elle, présentera plusieurs nouveaux visages, encadrés par des stars établies telles que Gustavo Gomez et Miguel Almiron.

À Barranquilla, la Colombie fera son entrée en matière contre le Venezuela, seul pays de la Conmebol à ne jamais avoir participé à une Coupe du Monde dans la catégorie seniors. Sans David Ospina, mais avec James Rodriguez, Radamel Falcao et Juan Cuadrado, les Cafeteros tenteront de prendre les choses en main dès cette première journée. La Vinotinto ne pourra pas compter sur son attaquant fétiche Solomon Rondon, mais s’appuiera en revanche sur la génération qui avait atteint la finale de la Coupe du Monde U-20, République de Corée 2017.

Le Brésil ouvre sa campagne à São Paulo contre une équipe de Bolivie qui, en huit visites, affiche un bilan de six défaites et deux nuls. Avec Neymar en pointe, une ossature stable et une multitude d’options de qualité, les Brésiliens sont une nouvelle fois plus que jamais candidats à la qualification. Les Boliviens, pour leur part, chercheront à faire revivre des souvenirs d’une époque révolue et à créer la surprise sous la houlette du Vénézuélien Farias.

James Rodriguez of Colombia celebrates after scoring 

Le joueur à suivre

James Rodríguez (Colombie)

La Colombie espère profiter de la belle forme du meneur de jeu qui, depuis son arrivée à Everton, a déjà marqué trois buts et donné trois ballons décisifs en cinq matches. Ce n’est un secret pour personne : si James parvient à maintenir ce niveau en équipe nationale, il pourrait devenir le leader dont son équipe a besoin afin de décrocher un billet direct pour le Qatar.

Le saviez-vous ?

Le Portugais Peseiro fera ses débuts comme entraîneur du Venezuela contre la Colombie de son compatriote Queiroz. Ce qui est curieux, outre ce duel portugais en Amérique du Sud, c’est que Peseiro était l’assistant de Queiroz lorsqu’il était à la tête du Real Madrid (2003/04).



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire