« Des grandes entreprises » aux « reins solides » « profitent » de la crise pour « licencier », dénonce Adrien Quatennens


« Ce que l’on voit au grand jour dans cette période, ce sont les profiteurs de crise, ces grandes entreprises qui ont les reins solides et qui, pendant des années, ont touché à plein régime des subventions de l’Etat sans contreparties », a dénoncé le député de La France insoumise (LFI), Adrien Quatennens, mercredi 7 octobre sur franceinfo.

« Je pourrais vous en citer plein, ça s’accumule sur mon bureau : Auchan, Cargill, Verallia, Bridgestone… », a-t-il énuméré. « Elles avaient planifié, pour beaucoup d’entre elles, des licenciements avant la crise sanitaire, mais elles profitent opportunément de la situation pour en quelque sorte aggraver cette situation », a assuré le député LFI, qui plaide pour une meilleure gestion de l’argent public. 

Il s’agirait en tout cas de cibler l’argent public, déjà, d’avoir une vision stratégique, pas de se contenter de se dire que, magiquement, si on fait pleuvoir des milliards, ils vont être bien utilisés. Parce qu’on ne le vérifie pas.

Adrien Quatennens

à franceinfo

Selon Adrien Quatennens, « le plan de relance est un CICE [Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, mis en place pendant le mandat de François Hollande] gigantesque, qui va en quelque sorte avoir la même philosophie : on fait pleuvoir des milliards et puis on fait confiance. Eh bien moi, je dis stop, à un moment donné, ça suffit. L’Etat doit pouvoir avoir un certain nombre d’exigences », comme « refuser un plan de licenciements s’il estime que, notamment, les motivations économiques ne sont pas fondées ». « C’est ce que nous pourrions faire pour Bridgestone », dont le projet de fermeture a été annoncé le 16 septembre dernier.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire