Après le renoncement de Baroin, quels sont les candidats potentiels à la présidentielle chez LR ?


François Baroin a discrètement renoncé à être candidat pour concourir à la présidentielle pour Les Républicains (LR), a fait savoir son entourage ce mercredi 7 octobre.

François Baroin, l’homme qui peut être heureux sans l’Elysée

« Il a manifesté clairement que dans les conditions actuelles il ne s’engageait pas dans la présidentielle », a affirmé à l’AFP le président des Républicains Christian Jacob, tandis que « l’Opinion » assure ce même jour que le maire de Troyes fait le tour des grands élus de droite pour leur expliquer les raisons de son renoncement. « J’ai compris, il l’a pratiquement annoncé d’ailleurs, qu’il ne serait pas candidat », a confirmé sur France-Inter le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau. Plusieurs de ses interlocuteurs récents assurent que le maire de Troyes a notamment expliqué son renoncement par des raisons personnelles.

Après cette défection du favori de la direction de LR, elle devra trancher sur un mode de désignation (Primaire ? Pas primaire ?) et s’entendre sur un autre nom. Et le vide laissé risque de réveiller les compétitions d’ego, même si, pour l’heure, personne n’est encore sorti du bois. Qui sont donc les candidats potentiels ? « L’Obs » fait le point.

Le président des Hauts-de-France, ex-LR, Xavier Bertrand a posé des jalons, multipliant cet été les interviews et déjeunant, pour la première fois en trois ans, avec Christian Jacob. L’ancien ministre a exposé à son interlocuteur sa stratégie présidentielle, qui s’inscrit dans une « logique de rassemblement », a-t-il dit. « LR c’est la famille politique où j’ai le plus d’amis, mais il faut la dépasser » pour s’adresser à une « droite populaire », a ajouté Xavier Bertrand.

Xavier Bertrand « apparaît clairement comme le seul candidat de droite capable de bousculer le match Macron/Le Pen », a tweeté ce week-end le patron des députés LR Damien Abad.

  • Dati veut « gagner la présidentielle »

L’ancienne ministre sarkozyste Rachida Dati a également commencé à préparer le terrain en vue d’une éventuelle candidature.

Interrogée il y a quelques jours par le quotidien britannique « The Times » sur ses projets pour les deux années à venir, l’ex-candidate LR à la mairie de Paris a répondu laconiquement : « gagner l’élection présidentielle de 2022 », selon ses propos publiés en anglais. Au « Parisien », lundi, elle a été plus floue, expliquant que son ambition était « que la droite gagne la présidentielle de 2022 ».

Rachida Dati en piste pour 2022

Au lendemain des dernières élections municipales, où elle s’était hissée derrière Anne Hidalgo (avec 34 % contre 49 % des voix pour son adversaire socialiste au second tour), la maire du 7e arrondissement de Paris avait déjà affirmé avoir « un rôle à jouer » pour 2022.

Autre candidat potentiel, Bruno Retailleau, un proche de François Fillon, place aussi ses pions. Interrogé sur France-inter ce mercredi matin, il a clairement montré ses ambitions : « s’il faut être candidat, je le serai », a-t-il dit.

Se présentant comme « le porte-voix de la droite d’en bas », le sénateur LR de la Vendée et patron du groupe LR au sénat a au passage égratigné le parti qui « fait tout pour tuer la primaire » et veut « se passer des militants ».

  • Pécresse « n’écarte rien »

La présidente de la région Ile-de-France « n’exclut rien » non plus pour 2022. « À ce stade, je n’écarte rien », déclarait-elle sur RTL en août, estimant aussi qu’il était trop tôt pour se poser la question.

Blanquer va-t-il défier Pécresse en Ile-de-France ?

Elle avait quitté Les Républicains après leur déroute à l’élection européenne de 2020. Mais après avoir fait sa rentrée, fin août, avec son mouvement (Libres !), elle a aussi participé à celle de son ancien parti. Elle est désormais citée comme une possible candidate à la candidature.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire