Mgr Barbarin dit sa vérité sur l’affaire Preynat



Huit mois après sa relaxe en appel, le cardinal Philippe Barbarin raconte sa vision et la manière dont il a vécu l’affaire Preynat dans un livre, En mon âme et conscience, paru jeudi 1er octobre. Quelques jours après la publication, l’archevêque émérite de Lyon désormais aumônier en Bretagne, accorde à franceinfo une interview et défend ses choix, tout en reconnaissant des erreurs.

>> DOCUMENT. « Je vois bien qu’il me faut porter la honte et le poids de tout cela » : ce que le cardinal Barbarin confie dans son livre sur l’affaire Preynat

« Le jour où, par exemple, j’ai reçu Bernard Preynat. Pourquoi n’ai-je pas dit, dès le début, comme je le ferais maintenant : ‘Raconte-moi ce qui s’est passé ?' », regrette Philippe Barbarin qui estime avoir « manqué de courage pour faire ce que je devais faire jusqu’au bout. (…) Je ne savais pas ce que je devais faire avec des faits qui s’étaient passés quinze et vingt ans avant. »

Quand j’ai vu une telle violence se déchaîner contre moi, j’ai pensé que j’allais craquer.

Philippe Barbarin

à franceinfo

Dans son interview à franceinfo, Philippe Barbarin revient également sur la « violence » qui a entouré le scandale Preynat. « Dans les aéroports, dans les gares, des gens que je n’avais jamais vus me disaient : ‘J’espère que la justice vous condamnera sévèrement !’ Je comprends très bien leur colère. Ce problème de la pédophilie a été identifié, avec un nom qui était Barbarin. » Aujourd’hui, Philippe Barbarin assure penser « tous les jours » aux victimes de Bernard Preynat. « Ma prière commence avec leurs noms », confesse-t-il.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire