La Bourse de Paris reste optimiste à mi-séance (+0,90%)


La Bourse de Paris restait optimiste lundi en milieu de journée (+0,90%), les investisseurs se réjouissant de l’amélioration de la santé de Donald Trump atteint du Covid-19 et se montrant confiants quant à la validation d’un plan de relance américain.

Toutes les Bourses européennes respiraient depuis l’ouverture, sur fond de nouvelles positives liées à l’état de santé du président américain, hospitalisé depuis vendredi après avoir été testé positif au Covid-19.

A 11H18 GMT, le CAC 40 montait de 0,90% ou 43,31 points à 4.868,19 points. A Francfort le DAX avançait de 0,73% et à Londres, le FTSE 100 de 0,75%.

Prélude à une ouverture dans le vert des marchés américains, les contrats à terme s’affichaient en hausse de 0,73% sur l’indice Dow Jones, de 0,70% sur le S&P500 et de 0,96% sur le Nasdaq.

Sur le marché européen de la dette souveraine, les rendements faisaient du surplace.

« Les investisseurs sont rassurés par la santé de Donald Trump qui pourrait sortir de l’hôpital ce lundi » et par « une avancée au Congrès sur un nouveau plan de soutien », commente Franklin Pichard, directeur de Kiplink Finance.

Si sa santé devait se dégrader, les marchés pourraient cependant connaître de « violentes fluctuations », prévient Milan Cutkovic, analyste chez Axi.

Cette contamination retentissante atteste que la sortie du confinement s’accompagne d’une reprise de l’épidémie, près de 10 mois après son apparition en Chine.

De nouvelles mesures de restrictions ont ainsi été réintroduites en Europe et aux Etats-Unis où l’impact économique de la crise continue de se faire sentir même s’il est atténué par un soutien massif des banques centrales et des gouvernements.

En France, où l’activité du secteur privé s’est contractée en septembre pour la première fois depuis mai, il a été décidé qu’une « jauge » serait mise en place dans les centres commerciaux et les grands magasins situés à Paris et en petite couronne. Les bars devront fermer à partir de mardi dans cette zone géographique.

– Incertitudes croissantes –

Cette semaine, « les investisseurs vont se focaliser sur l’élection présidentielle américaine, la pandémie et les négociations post-Brexit », récapitule Milan Cutkovic.

« L’annonce d’un accord sur un nouveau plan de soutien permettrait de détendre l’atmosphère mais encore faudrait-il conclure avec succès les négociations en cours », soulignent des experts d’Aurel BGC.

Depuis des semaines, les marchés sont dans l’attente d’un nouveau plan de soutien à l’économie aux Etats-Unis. Plusieurs analystes mettent en avant que durant le week-end, Donald Trump a exprimé son souhait de voir les Démocrates et Républicains au Congrès trouver un compromis.

LE SECTEUR PETROLIER SE REPREND

Après avoir souffert la semaine précédente, les valeurs pétrolières profitaient de la remontée des cours du brut: Total progressait de 3,10% à 29,09 euros. BP prenait 2,19% à 219,20 pence et Royal Dutch Shell (action « B ») 3,15% à 962,50 pence.

L’AUTOMOBILE S’ANIME

Le segment automobile était également en forme, à l’image de Daimler (+2,28% à 47,81 euros), BMW (+2,61% à 63,99 euros) et Volkswagen (+1,74% à 146 euros). A Paris, Renault montait de 3,16% à 21,86 euros et PSA de 1,71% à 15,48 euros.

A noter également que l’opérateur de la bourse allemande Deutsche Börse a proposé lundi d’ajouter dix nouvelles valeurs à son indice vedette DAX 30, dans le cadre d’une réforme de ses critères d’admission visant à donner des gages de crédibilité après le scandale Wirecard.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire