Trump positif au Covid-19: Wall Street chute à l’ouverture



Wall Street, qui a ouvert lourdement en chute vendredi après l’annonce coup de tonnerre que le président des Etats-Unis Donald Trump avait été testé positif au Covid-19 à un mois des élections, modérait sa baisse peu après l’ouverture.

A 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) perdait 0,73% à 27.612,46 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,26% à 11.184,00 points. Juste après la sonnerie de la cloche, les deux indices avaient respectivement plongé de -1,46% et -2,15%.

L’indice élargi S&P 500 cédait 1,27% à 3.338,00 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait terminé modestement dans le vert, le DJIA avait grappillé 0,13%. Le Nasdaq avait avancé de 1,42% et le S&P 500 avait gagné 0,53%.

Le locataire de la Maison Blanche a annoncé vendredi, dans un tweet, qu’il avait été testé positif au Covid-19 tout comme sa femme Melania, et qu’il se mettait en quarantaine à la Maison Blanche.

« La nouvelle a fait basculer le marché à terme mais les choses se sont stabilisées », a affirmé Patrick O’Hare de Briefing.

« Le président des Etats Unis qui ne voulait pas porter de masque ni insister pour que son entourage le fasse a été diagnostiqué positif au Covid-19 », a commenté Carl Weinberg, économiste en chef de HFE.

« Les marchés sont instables à la perspective d’un leader américain gravement malade ou inapte. Cela ne mènera peut-être à rien, peut-être sera-t-il asymptomatique ? Mais ce matin, les marchés regorgent d’idées, de soupçons et de scénarios sur la façon dont tout cela va se dérouler », a-t-il indiqué.

Le simple fait que le président s’isole « ajoute à l’incertitude dans la course à la présidentielle le mois prochain », a remarqué pour sa part Fawad Razaqzada de ThinkMarkets.com. Et « les marchés n’aiment habituellement pas l’incertitude. »

Les investisseurs digéraient vendredi de surcroît des chiffres de l’emploi mitigés, avec un taux de chômage certes en baisse à 7,9% pour septembre mais des créations d’emplois ralenties.

L’économie américaine a créé bien moins d’emplois le mois dernier que ne le prévoyaient les analystes avec 661.000 nouveaux postes.

Même si le taux de chômage est passé de 8,4% à 7,9%, cela suggère que la reprise s’essouffle. « La croissance de l’emploi se modère juste au moment où l’aide budgétaire s’arrête, mauvais cocktail », a résumé Kathy Bostjancic, d’Oxford Economics.

Autre incertitude, les investisseurs attendaient toujours un accord sur un plan d’aide massive à l’économie mais les espoirs ont été déçus, la Maison Blanche et les démocrates n’ayant pas réussi jeudi à rapprocher leurs positions.

Les grands titres de la tech perdaient du terrain, tels Microsoft (-1,61%), Apple (-2,34%), Amazon (-2%).

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine augmentait à 0,6874% contre 0,6774% mercredi soir.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire