La vie rêvée de Jacques Chirac


Cet article a été publié en août 2015. L’ex-président, mort jeudi 26 septembre, avait alors 82 ans.

Il caracole en tête des sondages, comme si les Français lui avaient tout pardonné. Comme si son peuple lui accordait l’immunité due à l’âge, le respect dû aux vieux sages. Mais le sait-il vraiment ? Après de 83 ans, l’ancien président est atteint d’anosognosie, un trouble neurologique occasionné par son accident vasculaire cérébral, en 2005.

Il n’est pas conscient de ses pertes de mémoire, et, d’une certaine manière, n’en souffre pas. Il reçoit tout de même chaque jour au moins deux visiteurs, mais sa santé fragile lui impose un mode de vie spartiate. Son existence est millimétrée et protégée par sa fille, omniprésente, gardienne de l’image de l’ancien président. Avec un mot d’ordre : « Rester digne jusqu’au bout. »

Retrouvez notre édition spéciale « Jacques Chirac »

Presque chaque soir, avant de rentrer dans son appartement des bords de Seine, il fait une halte boulevard Saint-Germain, à la brasserie Le Concorde, et boit son inévitable bière Corona. Puis il plonge dans le seul monde qui l’a vraiment passionné, celui de la légende des siècles, du « temps long », comme dit Claude Chirac, avec, comme compagnons de route, Marco Polo, Gengis Khan et un livre sur les statuettes africaines de la tribu des Mumuye, du nord-est du Nigeria. Ses proches l’avouent à demi-mot : cet homme serait passé à côté de sa « vraie vie ».

Le capitaine Fracasse de la politique

Il rêvait de devenir Corto Mal

Pour lire les 91 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire