la réponse de Trump qui enchante des suprémacistes blancs


Donald Trump a refusé mardi 29 septembre de condamner clairement les suprémacistes blancs lors du premier débat télévisé contre son adversaire Joe Biden pour l’élection présidentielle de novembre, s’attirant de vives critiques dans le camp démocrate.

Vous appelez cela un débat ? Le « shitshow » de Trump face à Biden

Evitant de répondre directement au modérateur du débat Chris Wallace, qui l’invitait à condamner sans détour les suprémacistes blancs, le président américain a offert une réponse sibylline : il a évoqué les Proud Boys, un groupuscule nationaliste prônant la supériorité de la race blanche, les appelant à « reculer et à se tenir prêts ».

« Mais je vais vous dire, on doit faire quelque chose au sujet des antifas », a-t-il dit dans la foulée au sujet des groupuscules d’extrême gauche, en assurant qu’aux Etats-Unis les violences émanaient bien davantage de l’extrême gauche que de l’extrême droite.

Des mots intégrés au logo des Proud Boys

Des membres des Proud Boys, une organisation extrémiste fondée à New York en 2016, ont alors exulté : sur leur chaîne Télégram, certains n’ont pas hésité à voir un ordre de bataille dans les propos de Trump. D’autres n’ont pas tardé à les reprendre à leur compte pour les accoler à leur logo jaune et noir, diffusant ensuite l’image sur leurs réseaux internes.

« Voilà. L’Amérique de Donald Trump », a dénoncé le candidat démocrate Joe Biden, partageant un tweet d’un journaliste du « New York Times » sur le sujet.

« On a demandé au président Trump de condamner le suprématisme blanc. Il a refusé […] le président Trump est une honte nationale, et les Américains ne le toléreront pas », a réagi le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer.

Un « lapsus » selon son fils

« Donald Trump doit aux Américains une explication ou des excuses. Maintenant », a commenté Jonathan Greenblatt, le président de l’Anti-Defamation League (ADL), une organisation de lutte contre l’antisémitisme.

Interrogé sur la chaîne CBS à propos de cette phrase de son père, Donald Trump Jr. a estimé que celui-ci avait fait un « lapsus » entre « stand by » (se tenir prêt) et « stand down » (se retirer), assurant qu’il était « plus qu’heureux de les condamner ». Lapsus ou non, pour les Proud Boys, le message est certainement passé.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire