En Grèce, premier décès dans un camp de migrants à cause du coronavirus


Les autorités grecques ont annoncé dimanche le premier décès lié au nouveau coronavirus dans un camp de migrants.

Pour sortir de la crise du Covid-19, comparons-la à celle du climat

La victime est un Afghan de 61 ans, père de deux enfants, qui résidait dans le camp de Malakassa près d’Athènes, a annoncé le ministère de l’Asile. L’homme était hospitalisé dans la capitale grecque.

Des camps en quarantaine

Ce camp, comme ceux de Schisto et Elaionas – également près d’Athènes – ont été placés en quarantaine début septembre en raison de la recrudescence de cas de coronavirus parmi les migrants.

Sur l’île de Lesbos, après le récent incendie du camp de Moria, plus de 240 demandeurs d’asile ont été testés positifs dans le camp provisoire où ils ont été transférés.

Dans l’enfer de Lesbos

La Grèce abrite plus de 24 000 migrants entassés dans des camps, essentiellement sur des îles, dont la moitié se trouve encore à Lesbos.

Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, a affirmé dimanche que plus aucun migrant mineur non-accompagné ne se trouvait dans les camps d’accueil et d’identification de la mer Egée, après l’incendie du camp de Lesbos.

379 décès en Grèce

Les conditions de vie dans le camp provisoire érigé à la hâte pour loger les migrants laissés sans abri après le récent incendie du camp de Moria, ont été critiquées par les ONG.

Armés de fusils, ils chassent les migrants à la frontière gréco-turque

Malgré les efforts du gouvernement pour transférer depuis le début 2020 des milliers de personnes en Grèce continentale, la situation reste toujours critique sur les îles.

Les autorités grecques ont annoncé dimanche 218 nouvelles contaminations au Covid-19 dans le pays – portant le total à 17 444 – et trois décès, soit 379 depuis le début de la pandémie.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire