Donald Trump a dépensé 70 000 dollars de frais de coiffeur en une année


C’est un détail incongru parmi les révélations très sérieuses du « New York Times » sur les déclarations d’impôts de Donald Trump. Le quotidien américain, qui révèle que le président américain n’a payé que 750 dollars d’impôt sur le revenu l’année de son élection, en 2016, affirme que nombre de ses dépenses ont été prises en charge par ses entreprises : avion privé, résidence mais aussi… frais de coiffeur, à hauteur de 70 000 dollars.

La bombe du « New York Times » sur les impôts de Trump lui sera-t-elle fatale ?

Selon le « New York Times », la facture de 70 000 dollars (soit environ 60 000 euros) de ses coiffures sur le plateau de « The Apprentice », l’émission de télé-réalité qui l’a fait entrer dans le foyer des Américains, a ainsi été prise en charge par ses entreprises. Un montant bien plus élevé que les impôts qu’il a notamment payés en 2016.

Neuf de ses sociétés ont également pris en charge au moins 95 464 dollars (environ 80 000 euros) de frais pour sa fille Ivanka auprès de son maquilleur et coiffeur préféré.

Les coûts liés à ses déplacements dans son avion privé, avec lequel Donald Trump voyage entre ses différentes propriétés, tels que la nourriture ou l’essence, ont également été comptés comme des dépenses professionnelles, continue le « New York Times ».

Réaction cinglante d’« AOC »

Le quotidien cite également l’exemple de sa propriété de Seven Springs, qu’il a classée comme un investissement afin d’effacer 2,2 millions de dollars (1,9 million d’euros) d’impôts sur la propriété. Le clan Trump a pourtant souvent évoqué cette propriété comme une résidence secondaire.

Comme le souligne le « New York Times », l’Internal Revenue Service (IRS), l’administration fiscale américaine, permet à des dépenses professionnelles d’être déduites des impôts si elles sont « ordinaires et nécessaires », ces termes étant souvent très librement interprétés par certains entrepreneurs.

Pointée du doigt en octobre pour une facture de coiffeur jugée élevée, la députée démocrate Alexandria Ocasio Cortez n’a pas tardé réagir à ce détail révélé par le « New York Times » : « L’année dernière, les républicains m’ont incendiée de haine et de vitriol parce que je m’étais accordé une coupe à 250 dollars et des mèches pour mon anniversaire, a-t-elle écrit sur Twitter. Où sont les critiques quand leur idole dépense 70 000 dollars en coiffeur ? »

Trump réfute ces révélations

En plus de révéler que Donald Trump n’avait payé que 750 dollars d’impôt fédéral sur le revenu l’année où il a remporté la présidence, en 2016, et autant « sa première année à la Maison-Blanche », le « New York Times » dévoile qu’il n’a « pas du tout payé d’impôt sur le revenu au cours de dix des quinze années précédentes, en grande partie car il a déclaré plus de pertes d’argent que de gains », écrit le quotidien américain.

Les médias ont beau sentir le piège de la provoc de Trump, peuvent-ils l’éviter ?

Après la publication du « New York Times », Donald Trump a dénoncé des « informations bidons, totalement inventées ». « J’ai payé beaucoup, et j’ai payé beaucoup d’impôts sur le revenu au niveau de l’Etat aussi », a-t-il ajouté sans plus de précisions.

Les déclarations d’impôt de Donald Trump sont au cœur d’une bataille judiciaire, le président ayant toujours refusé de les publier contrairement à tous ses prédécesseurs depuis les années 1970.

Alors que l’homme d’affaires new-yorkais avait bâti sa notoriété sur sa réussite, ces révélations égratignent fortement l’image de fin négociateur et d’entrepreneur de génie qu’il a voulu se construire.

Elles pourraient offrir des arguments de choix à son adversaire Joe Biden, lors du premier débat mardi soir. Mais à un peu plus d’un mois de l’élection et alors que Trump compte sur une base fidèle, rien n’est dit qu’elles influenceront le résultat du scrutin.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire