Décès du chef opérateur Michael Chapman



Taxi Driver © 1976 Josh Weiner / Columbia Pictures / Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Le chef opérateur américain Michael Chapman est décédé le 20 septembre dernier à Los Angeles d’une insuffisance cardiaque. Il était âgé de 84 ans. Les images légendaires de Robert De Niro en chauffeur de taxi solitaire dans Taxi Driver et en boxeur malheureux dans Raging Bull, les deux chefs-d’œuvre de Martin Scorsese, c’était lui. Mais il a également travaillé sur une quarantaine d’autres films, dont L’Invasion des profanateurs de Philip Kaufman et Le Fugitif de Andrew Davis. Fait plutôt rare dans sa profession, il avait changé de casquette à plusieurs reprises en devenant le réalisateur de films comme L’Esprit d’équipe et Le Clan de la caverne des ours.

Le Parrain © 1972 Jack Stager / Alfran Productions / Paramount Pictures France Tous droits réservés

Les dix premières années de sa carrière derrière la caméra, Michael Chapman les avait passées à partir du milieu des années 1960 en tant qu’assistant caméra, puis opérateur de caméra. Il avait ainsi travaillé sur des films comme le culte Who Killed Teddy Bear et The Fat Spy de Joseph Cates. En 1970, il commence une longue et fructueuse collaboration avec le célèbre directeur de la photographie Gordon Willis avec lequel il travaillera en fin de compte sur huit films : End of the Road de Aram Avakian, Loving de Irvin Kershner, Le Propriétaire de Hal Ashby, The People Next Door de David Greene, Petits meurtres sans importance de Alan Arkin, Klute de Alan J. Pakula, Le Parrain de Francis Ford Coppola – Oscar du Meilleur Film en 1973 – et Les Rebelles viennent de l’enfer de Robert Benton. A la même époque, il avait de même participé à la prise de vues de Husbands de John Cassavetes et Les Dents de la mer de Steven Spielberg.

L’Invasion des profanateurs © 1978 Wynn Hammer / Solofilm / United Artists / MGM Tous droits réservés

En 1973, Michael Chapman signe pour la première fois responsable de l’aspect visuel d’un film en tant que chef opérateur grâce à La Dernière corvée de Hal Ashby, suivi de The White Dawn de Philip Kaufman. Deux ans plus tard, Martin Scorsese fait appel à lui pour la photo urbaine et nocturne de Taxi Driver – Palme d’or au Festival de Cannes en 1976. Jusqu’à la fin de la décennie, il enchaîne sur Le Prête-nom de Martin Ritt, Piège pour un homme seul de Richard C. Sarafian, la mini-série « King » de Abby Mann, Mélodie pour un tueur de James Toback, le documentaire musical La Dernière valse de Martin Scorsese, L’Invasion des profanateurs et Les Seigneurs de Philip Kaufman, ainsi que Hardcore de Paul Schrader.

Un flic à la maternelle © 1990 Bruce McBroom / Imagine Entertainment / Universal Pictures International France
Tous droits réservés

En 1980, Chapman fait une troisième et avant-dernière fois équipe avec Scorsese pour peut-être leur film le plus spectaculaire visuellement parlant, l’épopée en noir et blanc du boxeur déchu Jake LaMotta Raging Bull. Pendant les années ’80, il collabore ensuite avec des réalisateurs tels que Robert Towne (Personal Best), feu Carl Reiner (Les Cadavres ne portent pas de costard et L’Homme aux deux cerveaux), feu Joel Schumacher (Génération perdue), Scorsese encore pour la vidéo épique de « Bad » de Michael Jackson, Roger Spottiswoode (Randonnée pour un tueur), Richard Donner (Fantômes en fête) et Ivan Reitman (S.O.S. Fantômes II et Un flic à la maternelle).

Le Fugitif © 1993 Stephen S. Vaughan / Kopelson Entertainment / Warner Bros. France Tous droits réservés

Pendant les quinze dernières années de sa vie professionnelle, jusqu’en 2007 et Le Secret de Térabithia de Gabor Csupo, Michael Chapman avait essentiellement assuré l’aspect visuel de productions commerciales au succès variable tels que Doc Hollywood de Michael Caton-Jones, Intimes confessions de Christopher Crowe, Le Fugitif de Andrew Davis, Soleil levant de Philip Kaufman, Peur primale de Gregory Hoblit, Space Jam de Joe Pytka, 6 jours 7 nuits et Évolution de Ivan Reitman, Une vie à deux de Rob Reiner, The Watcher de Joe Charbanic, Le Prince de Greenwich Village de David Duchovny, Suspect Zero de E. Elias Merhige et Hoot de Wil Shriner.

L’Esprit d’équipe © 1983 Michael Ginsburg / Lucille Ball Productions / 20th Century Fox Tous droits réservés

Dès son premier film en tant que chef opérateur, Michael Chapman avait pour habitude irrégulière d’apparaître dans de petits rôles proches de la figuration dans une quinzaine de ses films. Les deux seules exceptions – un film dans lequel il fait une apparition sans être associé également à sa conception visuelle – étant Hurlements de Joe Dante et Abyss de James Cameron. Or, encore plus rare en termes de sortie du carcan professionnel et syndical des chefs opérateurs est son activité sporadique de réalisateur. Celle-ci s’articule essentiellement autour de trois films : le drame sportif L’Esprit d’équipe dans lequel Tom Cruise tenait l’un de ses premiers rôles principaux en 1983, l’aventure préhistorique Le Clan de la caverne des ours avec Daryl Hannah trois ans plus tard et enfin, près de deux décennies plus tard The Viking Sagas avec Ralf Möller, resté largement inédit.

Raging Bull © 1980 Brian Hamill / Chartoff-Winkler Productions / United Artists / Warner Bros. France Tous droits réservés

Michael Chapman a été nommé à deux reprises à l’Oscar de la Meilleure photo, pour Raging Bull en 1981 et Le Fugitif en 1994. Pour le premier, il avait gagné le prix de la Meilleure photo de la National Society of Film Critics. Et pour le deuxième, il a été nommé par ses confrères de la American Society of Cinematographers. Ceux-ci lui avaient par ailleurs attribué leur prix honorifique en 2004.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire