les couacs de l’hommage à Jacques Chirac


La France a adressé lundi un ultime adieu à son ex-président Jacques Chirac, lors d’un hommage solennel et en grande pompe à Saint-Sulpice, en présence de chefs d’Etats étrangers et de la quasi-totalité de la classe politique nationale, avant une inhumation à Paris dans l’intimité. Un hommage national… marqué par quelques couacs.

Gerhard Schröder qui attend une invitation officielle, des selfies à qui mieux mieux… tour d’horizon des petits ratés de cette cérémonie d’hommage.

La non-invitation de Gerhard Schröder

C’est un petit cafouillage qui restera comme un ombre indéniable de cette journée d’hommage à Jacques Chirac. Comme le rapportait plus tôt dans la journée « le Figaro », Gerhard Schröder, ancien chancelier allemand, réputé proche du président de la République, ne s’est pas rendu à Saint-Sulpice, ni au déjeuner qui a suivi à l’Elysée en compagnie de 69 chefs d’Etats. La présidence lui avait pourtant réservé une place.

« Il aurait voulu participer aux funérailles et être présent pour rendre un dernier hommage au président Chirac. Cependant le protocole de l’Elysée nous a dit hier soir qu’il n’y avait pas d’invitation en raison des restrictions de place à Saint-Sulpice », a fait savoir son entourage au journal français. Du côté du Château, on évoque un cafouillage regrettable :

« Aucune invitation formelle n’a été envoyée aux invités, or Gerhard Schröder attendait une invitation officielle. »

« Le Figaro » y voit le signe d’un refroidissement des relations bilatérales entre la France et l’Allemagne. Ou juste un raté.

Sarkozy, Hollande, Poutine, Giscard… Macron salue les dirigeants lors de l’hommage à Chirac

Le prénom de madame Giscard d’Estaing

« Le stagiaire de l’Elysée a frappé », se moque une collaboratrice parlementaire présente ce matin à l’église Saint-Sulpice pour l’hommage à Jacques Chirac. Dans l’église, des cartons indiquaient les places attribuées aux nombreuses personnalités : politiques, journalistes, chefs d’Etat. Sur celui de la femme de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, une vilaine faute d’orthographe s’est glissée. Le prénom de madame Giscard d’Estaing est en effet Anne-Aymone et pas Anémone… Il fallait le savoir. Ou prendre le temps de vérifier.

Revivez la cérémonie d’adieux à Jacques Chirac

L’aparté entre Carla Bruni et François Hollande

On se demande ce que ces deux-là se sont dit. L’espace d’un instant, François Hollande et Carla Bruni, voisins à l’église Saint-Sulpice, ont eu le temps d’échanger quelques mots. La conversation, capturée par les nombreuses caméras présentes dans la nef, a alimenté les débats. La femme de Nicolas Sarkozy semble éberluée par ce que l’ancien président lui a confié…

Le selfie du député Philippe Folliot

Et un petit cliché pour immortaliser ça ! Présent lui aussi à Saint-Sulpice, le député LREM du Tarn, Philippe Folliot, n’a rien trouvé de mieux que de se prendre en photo, façon selfie, et de partager le cliché sur Twitter. Quelques minutes après la publication, l’élu a finalement décidé de supprimer son message.

Et ce n’est pas Jacques Vendroux, journaliste sur CNews, ancien directeur des sports de Radio France ou Pierre Lellouche, deux fois secrétaire d’Etat sous le mandat de Nicolas Sarkozy, qui vont le lui reprocher : tous deux sont en arrière-plan et affichent une mine déconfite.

Capture d’écran du compte twitter du député Philippe Folliot (DR)

Chirac, le dernier monarque

Selfies en bataille devant la dépouille du président

Mais Philippe Folliot n’est pas le seul à avoir abusé du selfie. Alors que le cercueil de Jacques Chirac était placé devant la cathédrale Saint-Louis, aux Invalides, certains ont sorti leur plus belle toilette pour rendre hommage au président de la République. Ou pour la photo…





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire