Après l’annonce des nouvelles mesures contre le Covid, Hidalgo veut « engager la discussion » avec l’Etat et les professionnels concernés


Elle prône une « concertation totale ». Dans un tweet publié mercredi soir, mais aussi ce jeudi 24 septembre sur BFMTV, la maire socialiste de Paris veut ouvrir le dialogue avec l’Etat après les nouvelles mesures prises par Olivier Véran, ministre de la Santé, mercredi ; dans la capitale, comme dans d’autres métropoles, ce dernier a annoncé la fermeture des bars au maximum à 22 heures et la fermeture des salles de sport pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, qui connaît une recrudescence dans de nombreux départements français.

Fermeture des bars, rassemblements, niveaux d’alerte… Les annonces de Véran

« Il faut tout mettre en œuvre, dans une concertation totale, pour prévenir la recrudescence du Covid-19 » assure la maire. Avant d’ajouter : « Il est capital que les mesures soient proportionnées avec soin pour la vie sociale, le sport, la culture. » Puis de conclure en précisant « Engageons la discussion avec la @Prefpolice et les professionnels ».

« Punition collective »

Une déclaration qui intervient alors que la maire de Marseille Michèle Rubirola (EELV) s’élève, justement, contre une absence de concertation en amont de la décision de fermer totalement bars et restaurants, qu’elle a qualifiée, ce jeudi matin sur France-Info, « d’inadmissible ». « Je suis en colère. Il n’y a eu aucune concertation, c’est simplement inadmissible », a-t-elle notamment déclaré, affirmant, malgré les tentatives de son premier adjoint de joindre le cabinet du ministre « tout l’après-midi », avoir été informée seulement « 10 minutes avant la conférence de presse ».

Le Covid-19 va-t-il bouleverser notre vision de l’habitat et des territoires ?

Michèle Rubirola dénonce également la décision même qui intervient, dit-elle, alors que la situation s’améliore depuis quelques jours dans la cité phocéenne : « Pourquoi ce tour de vis alors que les chiffres commencent à aller mieux ? », lance-t-elle également ce jeudi matin sur « France-Info, « nous avons une baisse des indicateurs depuis deux à quatre jours, c’est ça qui est important ». Elle n’est pas seule. Le président de la région Sud Renaud Muselier (LR) dénonce lui aussi l’absence de concertation, et ce qu’il estime être une « punition collective. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire