Festival du Cinéma Allemand 2020 : la sélection officielle



© 2020 German Films Tous droits réservés

En fait, il suffit d’assister à deux événements, l’un en février, l’autre en octobre, pour se faire tant soit peu, voire de façon quasiment exhaustive, une idée de l’actualité du cinéma produit par nos voisins d’outre-Rhin. Pour le premier, la sélection parallèle du Festival de Berlin « Lola at Berlinale », l’investissement financier et temporel peut être rédhibitoire. Pour le deuxième par contre, le Festival du Cinéma Allemand organisé par German Films à Paris, il n’y a pas d’excuse pour se lancer à la découverte de la dizaine de nouveaux films et des programmes annexes proposés ! La sélection officielle de la 25ème édition du festival, qui se déroulera du mercredi 7 au mardi 13 octobre au cinéma L’Arlequin, a été dévoilée la semaine dernière.

Paris Calligrammes © 2020 Ulrike Ottinger / Idéale Audience / Zero One Film / Dean Medias Tous droits réservés

Encadré par le film d’ouverture, la biographie filmique de Rainer Werner Fassbinder Enfant terrible de Oskar Roehler, et celui de fermeture, Deutschstunde de Christian Schwochow, la programmation rend hommage à la réalisatrice Ulrike Ottinger, qui viendra présenter en personne le samedi 10 octobre à 14h00 son nouveau film collage Paris Calligrammes, qui sortira en salles en France le mercredi suivant. Partenaire de longue date du festival, le Goethe Institut Paris présentera un cycle en trois films autour de l’engagement contre le mépris envers les minorités et leur exclusion au quotidien. Un programme de treize courts-métrages issus des écoles allemandes de cinéma viendra de même enrichir le festival. Enfin, sur le site officiel du festival, le public pourra voter pour son coup de cœur parmi les films du Panorama.

J’étais à la maison mais © 2019 Nachmittagfilm / Dart Film & Video / Shellac Tous droits réservés

Le Panorama du Cinéma Allemand 2020

Als Hitler das rosa Kaninchen stahl de Caroline Link, avec Riva Krymalowski et Carla Juri, sans date de sortie en France (critique)

Born in Evin de Maryam Zaree, sans date de sortie en France

Deutschstunde de Christian Schwochow, avec Ulrich Noethen et Tobias Moretti, sans date de sortie en France (film de clôture)

Enfant terrible de Oskar Roehler, avec Oliver Masucci et Katja Riemann, sans date de sortie en France (film d’ouverture)

Im Feuer de Daphne Charizani, avec Almila Bagriacik et Zübeyde Bulut, sans date de sortie en France

J’étais à la maison mais de Angela Schanelec, avec Maren Eggert et Jakob Lassalle, sortie française le 25 novembre

Nightlife de Simon Verhoeven, avec Elyas M’Barek et Frederick Lau, sans date de sortie en France

Pelikanblut de Katrin Gebbe, avec Nina Hoss et Katerina Lipovska, sans date de sortie en France (critique)

Walchensee forever de Janna Ji Wonders, sans date de sortie en France

Zwischen uns die Mauer de Norbert Lechner, avec Lea Freund et Tim Bülow, sans date de sortie en France

Tous les autres s’appellent Ali © 1973 Filmverlag der Autoren / Tango Film / Carlotta Films Tous droits réservés

Carte blanche au Goethe Institut Paris

Becoming Black (2019) de Ines Johnson-Spain, sans date de sortie en France

Exil (2020) de Visar Morina, avec Misel Maticevic et Sandra Hüller, sans date de sortie en France

Tous les autres s’appellent Ali (1974) de Rainer Werner Fassbinder, avec Brigitte Mira et El Hedi ben Salem

© 2020 German Films Tous droits réservés

Next Generation Short Tiger 2020 / Programme de courts-métrages

Apocalypse Airlines de Camille Tricaud

Ascona de Julius Dommer

The Beauty de Pascal Schelbi

Brand de Jan Koester et Alexander Lahl

Glück im Keks de Nina Weilbächer

Gravedad de Matisse Gonzalez

In den Binsen de Clara Zoe von Armin

Wild West Compressed de Christian Kaufmann

Interstate 8 de Anne Thieme

The Lost Wedding Ring de Elisabeth Jakobi

Revolvo de Francy Fabritz

Und weinen können de Michael Fetter Nathansky

Where We Used to Swim de Daniel Asadi Faezi



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire