l’Amérique salue la juge Ruth Bader Ginsburg


« Héroïne américaine », « géante »… Quelques heures après l’annonce de la mort de la juge américaine Ruth Bader Ginsburg, qui laisse derrière elle un poste vacant à la Cour suprême ainsi qu’une carrière qui a grandement fait avancer les droits des femmes, anonymes, classe politique et personnalités lui ont rendu de fervents hommages.

Vendredi soir, quelques centaines de personnes se sont rassemblées spontanément devant les colonnes de la Cour suprême pour lui rendre hommage. Les drapeaux du Congrès et de la Maison Blanche ont été mis en berne en son honneur.

Mort de Ruth Bader Ginsburg : coup au coeur pour les démocrates, aubaine pour les républicains

« Une femme incroyable »

Elle était « une héroïne américaine » et « une voix infatigable dans la quête de l’idéal américain suprême : l’égalité de tous devant la loi », a salué le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden.

« Ruth Bader Ginsburg s’est battue pour nous tous, et elle était très aimée », a-t-il souligné, en appelant à ne pas se précipiter pour la remplacer, alors que la nomination d’un nouveau juge augure une âpre bataille entre républicains et démocrates.

Ruth Bader Ginsburg « s’est battue jusqu’au bout », « avec une foi inébranlable en notre démocratie et ses idéaux », a déclaré de son côté sur Twitter Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump à la Maison Blanche.

Donald Trump, qui a appris son décès à la sortie d’un meeting, a lui salué une « vie exceptionnelle » avant d’ajouter : « C’était une femme incroyable, que vous soyez d’accord ou pas. » Sans encore dévoiler ses intentions sur une éventuelle nomination d’un nouveau juge, il l’a ensuite qualifiée quelques heures plus tard de « colosse du Droit ».

« On a perdu une géante dans l’histoire du pays »

Malgré son positionnement à gauche, élus républicains et démocrates ont également immédiatement rendu hommage à celle que les Etats-Unis avaient surnommée « RBG ». « Chaque femme, chaque fille, chaque famille en Amérique a bénéficié de son intelligence éclatante », a déclaré la chef des démocrates au Congrès Nancy Pelosi. « On a perdu une géante dans l’histoire du pays », a renchéri la benjamine de la Chambre et représentante de l’aile gauche du parti, Alexandria Ocasio-Cortez.

« Il n’y en aura jamais d’autres comme elle », a souligné l’ancienne secrétaire d’Etat des Etats-Unis et candidate démocrate Hillary Clinton, estimant qu’elle a « ouvert la voie pour tant de femmes, moi y compris »

« RBG », Madame la juge

Mêmes louanges à l’autre bout de l’échiquier politique. C’était « une championne du Droit » pour le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, une juriste « brillante », « admirée » et « influente » selon le ministre de la Justice Bill Barr. Le sénateur républicain Lindsey Graham, un proche du président, s’est même dit « triste » de son décès.

Petite voix dissonante, le sénateur républicain Ted Cruz, qui figure sur la liste des potentiels candidats à la Cour suprême du président Trump, n’a pas attendu pour exiger qu’elle soit remplacée. Il a réclamé sur Twitter que le président annonce son successeur dès la semaine prochaine et que le Sénat le confirme avant l’élection. « Cette nomination, c’est pour ça que Donald Trump a été élu », a-t-il jugé.

Une âpre bataille politique en vue

Car les hommages devraient être de courte durée : Donald Trump avait déclaré en août qu’il n’hésiterait pas à nommer un juge à la Cour suprême même très près de l’élection.

Selon la Constitution, une fois qu’il aura arrêté son choix, il reviendra au Sénat de l’avaliser. Son chef, le républicain Mitch McConnell a déjà fait savoir qu’il organiserait un vote, même s’il avait refusé d’auditionner un juge choisi pour ce poste par Barack Obama en 2016, au prétexte qu’il s’agissait d’une année électorale.

Selon la radio NPR, RBG avait elle-même confié ses dernières volontés à sa petite fille, Clara Spera. « Mon vœu le plus cher est de ne pas être remplacée tant qu’un nouveau président n’aura pas prêté serment », lui a-t-elle dicté quelques jours avant sa mort.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire