Artbook : Sekiro – Shadows die twice / Official artworks


Sekiro : Shadows die twice – Official artworks
Japon : 2019
Titre original : –
Auteur : Collectif
Genre : Artbook
Éditeur : Mana Books
Format : 210 x 297 mm
Nombre de pages : 304
Date de sortie : 17 septembre 2020

Pendant l’ère Sengoku au Japon, le seigneur de guerre Isshin Ashina lance un coup d’état sur la ville d’Ashina. Au cours des combats sanglants, un shinobi errant, Ukonzaemon Usui dit la Chouette, recueille un orphelin qu’il appelle Loup et le forme à l’art du combat et la voie du shinobi. Vingt ans plus tard, le clan Ashina est sur le point de tomber, le vieil Isshin étant tombé malade et ses ennemis s’étant rassemblés autour des terres. Pour sauver son clan, Genichiro Ashina, le petit-fils d’Isshin, compte utiliser Kuro, le jeune Héritier divin, porteur de l’Héritage du Dragon qui permettrait de créer une armée immortelle. Loup, désormais combattant émérite chargé de la protection de Kuro, est vaincu par Genichiro et perd son bras gauche au cours de leur duel…

Sorti en mars 2019 sur Windows, PlayStation 4 et Xbox One, Sekiro : Shadows die twice est un jeu vidéo d’action-aventure aux mécanismes de combat et d’évolution inspirés du RPG. Conçu par Hidetaka Miyazaki pour FromSoftware / Activision, le jeu a reçu un très bon accueil critique et diverses récompenses à l’international. Il a par exemple été nommé jeu de l’année aux Game Awards et aux Steam Awards 2019.

Avec cinq millions de jeux vendus en l’espace d’un an et demi, Sekiro : Shadows die twice n’a guère réellement connu de concurrence dans son domaine que du côté de chez Ubisoft et du raz-de-marée Assassin’s Creed : Odyssey, sorti à l’automne 2018, développant un gameplay finalement assez similaire et s’étant écoulé à plus de dix millions d’exemplaires.

Sekiro : Shadows die twice tient en effet autant de l’infiltration à la Tenchu ou à la Assassin’s Creed que des productions FromSoftware (la trilogie Dark Souls ou Bloodborne), dont il se rapproche également par l’ambiance générale – très sombre – et les mécaniques de combats. Mais les jeux contemporains se regardent parfois presque autant qu’ils ne se « jouent » à proprement parler, et visuellement, le résultat est de toute beauté.

Ainsi, Hidetaka Miyazaki et toute les équipes créatives de FromSoftware se sont inspirés de plusieurs classiques du cinéma japonais, et plus particulièrement du chanbara ou film de samouraïs : impossible de ne pas penser aux classiques de Kihachi Okamoto, d’Hideo Gosha, de Kenji Misumi ou bien sûr, à la série des Zatoichi ou des Baby Cart

Mais les influences de Sekiro : Shadows die twice ont également aussi été nourries de toute la mythologie moderne s’étant forgée autour du motif du samouraï déchu, de Takeshi Kitano à Takeshi Miike en passant par le Ronin de Frank Miller, la série Samuraï Jack… Ajoutez à cela une énergie hardcore héritée du manga (Ninja Scroll…) qui se mêlera à des influences hong-kongaises (Un seul bras les tua tous et la trilogie du Sabreur manchot) et américaines (47 ronin)…

Dans Sekiro : Shadows die twice, le joueur incarnera le « loup à un bras », un guerrier en disgrâce défiguré ayant frôlé la mort de justesse et doté d’un bras mécanique. Assigné à la protection d’un jeune seigneur, il deviendra la cible de nombreux ennemis, plus vicieux les uns que les autres, dont le dangereux clan Ashina. Le jeu vous propose d’explorer le Japon Sengoku de la fin des années 1500, une période brutale marquée par un perpétuel conflit, et d’affronter des ennemis démesurés dans un monde sombre et torturé.

« Sekiro est un jeu absolument sublime, qui rappelle la supériorité actuelle des artistes de FromSoftware en matière de création d’univers. » – Nicolas Verlet, Gamekult.

L’univers créé ici par Miyazaki et les équipes de FromSoftware est d’une beauté renversante. Il s’agit d’un hommage à tout un pan de la culture japonaise, que Mana Books nous permet aujourd’hui d’admirer via un « Artbook » grand luxe intitulé Sekiro : Shadows die twice – Official artworks. Un vrai « beau livre » qui offrira au lecteur – qu’il soit familier ou non avec l’univers du jeu – de quoi se plonger au cœur de toute la création artistique d’une œuvre vidéoludique incontournable : croquis, illustrations, concept arts, recherches graphiques, etc.

Après avoir édité le manga Sekiro : Hanbei l’Immortel, c’est à nouveau à Mana Books que l’on doit la sortie en France du sublime Artbook Sekiro : Shadows die twice – Official artworks. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Mana Books est un éditeur spécialisé depuis 2017 dans les publications liées au jeu vidéo sous toutes ses formes : beaux livres, bandes dessinées, romans, essais, guides… Un catalogue éclectique dédié à des univers vidéoludiques salués par la critique et plébiscités par les fans (Final Fantasy, Sonic, Metal Gear Solid…).

Vastes temples mystérieux, ambiance fantastique, ennemis gigantesques et effrayants, évolution des décors, des personnages ou encore des armes créées pour le jeu : feuilleter Sekiro : Shadows die twice – Official artworks, c’est en tomber immédiatement amoureux. On vous aura prévenus !



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire