D’autres pays pourraient s’associer à l’accord Israël-Emirats-Bahreïn, dit Trump


Par

Reuters

le 15.09.2020 à 19h13


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’entretient avec le président Donald Trump en présence de Sara Natanyahu et de la première dame Melania Trump. Cinq ou six autres pays pourraient s’associer à l’accord de normalisation des relations entre Israël, les Emirats arabes unis et Bahreïn, a annoncé mardi Donald Trump. /Photo prise le 15 septembre 2020/REUTERS/Tom Brenner


TOM BRENNER

WASHINGTON (Reuters) – Cinq ou six autres pays pourraient s’associer à l’accord de normalisation des relations entre Israël, les Emirats arabes unis et Bahreïn, a annoncé mardi Donald Trump.

L’accord conclu sous l’égide des Etats-Unis devait être signé dans la journée à la Maison blanche et le sultanat d’Oman devait être représenté par son ambassadeur aux Etats-Unis, ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle il s’agira du prochain pays du Golfe à s’associer à l’accord.

Le sultan omanais Haïtham ben Tariq al Saïd s’est entretenu la semaine dernière avec le président des Etats-Unis. Les regards sont toutefois braqués sur l’Arabie saoudite, principale puissance arabe du Golfe, premier exportateur mondial de pétrole et gardienne des lieux saints de l’islam – qui va autoriser les avions assurant la liaison entre Israël et les Emirats à franchir son espace aérien.

(Rédaction de Washington, version française Jean-Philippe Lefief)

Commenter

Commenter



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire