Après la sortie de Macron sur la 5G et les Amish, la gauche et les écolos l’accusent d’éviter le débat


« Je ne crois pas au modèle Amish », a ironisé Emmanuel Macron lundi soir devant des entreprises du numérique, au lendemain de la demande d’un moratoire sur la 5G de 70 élus de gauche et écologistes. Pour le président, pas de doute, « oui, la France va prendre le tournant de la 5G » a-t-il assuré, raillant le retour de « la lampe à huile ». 

« Arrêtez de me ringardiser » : attaquée par Macron, la lampe à huile réagit

Des déclarations qui ont fait lever de nombreux yeux au ciel à gauche et chez les Verts, qui accusent le président de caricaturer pour éviter de « parler des vrais sujets ».

« C’est facile d’ironiser. C’est plus difficile de parler des vrais sujets », a ainsi déclaré le président du parti socialiste Olivier Faure, à l’Assemblée nationale mardi, assurant qu’il « faut un débat sur la 5G ».

Une proposition de la Convention citoyenne

De nombreux opposants ont également accusé le président de trahir sa promesse à la Convention citoyenne pour le climat : Emmanuel Macron avait en effet validé fin juin l’ensemble de ses 149 propositions, à l’exception de trois, dont la 5G ne faisait pas partie.

François Ruffin : « Je veux un référendum sur la 5G »

Sur Twitter, après une journée d’intense polémique, le chef de l’Etat s’est défendu. « Pas de polémique », a-t-il lancé. « La 5G sera déployée en pleine transparence, avec à chaque étape toutes les garanties environnementales et sanitaires »

Une mise au point qui intervient après de nombreuses critiques, tout au long de la journée. « La Convention citoyenne pour le climat n’était donc qu’un grand congrès d’Amish, financé par l’Etat ? », a ironisé le député La France insoumise François Ruffin sur Twitter. Ironie également relevée par la députée et ancienne ministre de l’écologie Delphine Batho.

« La question n’est pas de croire au modèle amish mais de croire à la parole donnée », a martelé de son côté Julien Bayou, numéro un d’EELV. Greenpeace et d’autres ONG environnementales ont également rappelé que la Convention climat avait proposé un moratoire sur le déploiement de cette technologie.

« Empêcher le débat démocratique »

Le député LFI Bastien Lachaud a, quant à lui, accusé Emmanuel Macron d’avoir créé, avec ses déclarations, « le point Amish, point Godwin du débat sur les nouvelles technologies, afin d’empêcher le débat démocratique sur la #5G. Combien ça coûte, en argent et en énergie ? Est-ce dangereux pour la santé ? Ce ne sont pas des lubies mais des questions légitimes de citoyens. »

« Amish » écolos : Macron en voie de trumpisation ?

Dimanche, près de 70 élus de gauche et écologistes, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot ou la maire de Marseille Michèle Rubirola, ont demandé au gouvernement un moratoire sur le déploiement de la 5G. Ce mardi, c’est François Ruffin, qui s’exprimait dans « l’Obs » pour demander un référendum sur le sujet. L’attribution des fréquences de cette technologie mobile doit débuter à la fin du mois de septembre en France.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire