Le brief éco. Le livret A va permettre de financer le plan de relance


Le livret A est toujours le placement préféré des Français. (SIMON DAVAL / MAXPPP)

C’est une petite révolution dans le débat autour de la réorientation de l’épargne accumulée par les Français. Il y a longtemps que le gouvernement souhaitait réorienter ces sommes disponibles vers une utilisation concrète. Il appuie enfin sur le bouton. Cet argent est stocké depuis des années, et plus encore depuis le début de la crise sanitaire avec le confinement : comptez plus de cent milliards d’euros au total sur le livret A et les comptes en banque traditionnels.

Fini l’épargne tranquille sur laquelle on ne paye pas d’impôts et qui séduit aujourd’hui quelque 55 millions de Français ? Non. Le livret A et les livrets de développement durable vont continuer d’exister. Mais le gouvernement autorise la Caisse des dépôts et consignations (bras armé de l’État qui gère ces livrets), à faire évoluer les conditions de crédit, car la relance économique demande des financements nouveaux. Ces prêts d’un genre nouveau permettront de financer des projets prioritaires consacrés notamment à la santé, la transition écologique et énergétique, ou encore le tourisme.

Les élus auront également accès à cet argent pour développer des politiques de transport propre. Les prêts seront ouverts à de nouvelles structures comme les agences de l’eau, les fondations et les associations reconnues d’utilité publique. Quant aux Français, ils n’y perdront pas au change. La rémunération de l’argent placé restera inchangée : 0,5% sans payer d’impôts pour ce qui est du livret A. Mais le gouvernement ne fait qu’ouvrir le chantier. Maintenant, il va devoir inciter et convaincre les épargnants d’investir selon leurs propres choix. Le ministère de l’Économie et des Finances prépare d’ailleurs un tour de France, à l’automne, dans une quarantaine de villes, pour expliquer tout cela au grand public et lui éviter les arnaques financières.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire