La Bourse de Paris finit la semaine amorphe


La Bourse de Paris a fini en légère hausse de 0,20% vendredi après une journée passée autour de l’équilibre, manquant de carburant au lendemain de la réunion de la BCE et continuant de scruter la tech américaine.

L’indice CAC 40 a gagné 10,21 points à 5.034,14 points. Il termine en hausse de 1,39% sur la semaine mais reste en recul de 15,96% depuis le 1er janvier.

Le marché est resté sur la tendance de jeudi, où les annonces de la Banque centrale européenne l’avaient laissé sans réaction.

Il faut dire que celles-ci étaient « en ligne avec ce qui était attendu », souligne Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Sur le dossier chaud, l’euro, « on n’a pas eu beaucoup de nouveaux éléments », explique le spécialiste.

Le chef économiste de l’institution européenne a indiqué vendredi « qu’il n’y [aurait] pas de place pour la complaisance » à ce sujet, renforçant les propos de la présidente Christine Lagarde, qui a affirmé jeudi que la BCE « surveillait attentivement » le marché des changes pour éviter que l’euro monte trop.

Le fait que le CAC parvienne à se maintenir « est plutôt positif dans une situation globale lourde », estime M. Tuéni.

Les valeurs technologiques américaines peinent à se stabiliser. Jeudi, après une ouverture en hausse, elles ont de nouveau nettement baissé, même si elles reprenaient des couleurs vendredi à la clôture en Europe.

La phase d’attente est renforcée par les inquiétudes sur « le Brexit et les négociations au Congrès américain au sujet d’un plan de relance », qui poussent les investisseurs à limiter leurs prises de risques, pointe M. Tuéni.

Les craintes sur la situation sanitaire pourraient également ressurgir devant l’augmentation des contaminations du Covid-19 en Europe et en France.

Pour l’instant, les marchés ont montré « une certaine résilience aux mauvaises nouvelles sur le front du Covid-19: hausse des cas, restrictions supplémentaires dans plusieurs pays, arrêt des tests du vaccin d’AstraZeneca » se sont produits ces derniers jours « sans catastrophe » sur les cours, note Jean-Christophe Machado, stratégiste chez Natixis.

-Le luxe porte le CAC-

LE LUXE GRIMPE

Les valeurs du luxe, qui ont une forte pondération dans l’indice CAC 40, ont fortement progressé vendredi. LVMH, après une semaine animée avec la rupture avec Tiffany, a bondi de 3,03% à 416,60 euros, Kering de 2% à 570,60 euros. Hermès a gagné de 1,36% à 743,20 euros.

NÉGOCIATIONS POUR LA BOURSE DE MILAN

L’opérateur boursier paneuropéen Euronext (+1,70% à 101,70 euros), qui gère notamment la place de Paris, a officialisé vendredi des négociations pour racheter la Bourse de Milan à London Stock Exchange Group (+1,96% à 9.064 pence), en association avec la Caisse des dépôts italienne.

ACCOR OUT, ALSTOM IN

Le constructeur ferroviaire Alstom (+1,58% à 46,26 euros) va faire son entrée dans l’indice phare de la Bourse de Paris, le CAC 40, en lieu et place du groupe hôtelier Accor (-4,27% à 24,89 euros), mis en difficulté par les conséquences de la crise du Covid-19.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire