Les « gilets jaunes » tentent un grand retour (avec Jean-Marie Bigard en guest-star)



Les « gilets jaunes » sont-ils de retour ? Sur les réseaux sociaux, le hashtag #12septembre a fleuri. Dans ses « live », Jérôme Rodrigues, figure de proue de cette rentrée 2020, a rappelé l’objet de l’appel national :

« Regrouper l’ensemble des gilets jaunes, remettre en place les groupes d’actions, les pages, les livers, les influenceurs, aller récupérer ceux qui ne viennent plus et ceux qui ne sont jamais venus. »

Cela fait du monde à convaincre. Le mouvement, depuis un an, court après ce mantra. Tout l’hiver, il s’est greffé aux diverses manifestations sociales : pompiers, santé, retraites… Pendant le confinement, il est resté présent sur les réseaux sociaux, brocardant les errements sanitaires du pouvoir, s’enflammant pour la figure anti-establishment Didier Raoult, nourrissant sa défiance des institutions avec les controverses sur « Big Pharma », la chloroquine, les vaccins, et les masques inutiles en mars mais imposés en août. Cet été, il a resurgi sur le terrain. Des ronds-points ont été réinvestis çà et là. La cellule « Opérations spéciales Gilets jaunes » a organisé des happenings : lâchers de ballons jaunes, rues renommées, manif à Deauville devant la maison des Rothschild…

Et pour cette rentrée, la question, devenue un gimmick, est revenue : comment montrer que ce mouvement, que beaucoup considèrent comme mort, reste vivant ? « La colère est toujours là, commente Jérôme Rodrigues. Et les revendications restent les mêmes : plus de justice fiscale, plus de démocratie,

Pour lire les 86 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire