l’ancien ministre Bernard Cazeneuve se souvient des attentats de janvier 2015



A l’époque, il était ministre de l’Intérieur. Bernard Cazeneuve s’est retrouvé confronté aux attentats qui ont touché la France, entre le 7 et le 9 janvier 2015, depuis la place Beauvau. « Il y a eu des moments sur le plan émotionnel, humain, qui étaient d’une densité que je ne revivrai jamais. Je ne souhaite pas, d’ailleurs, avoir à les revivre », confie-t-il à franceinfo. Aujourd’hui avocat, Bernard Cazeneuve a quitté la politique, mais reste marqué par les actes des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Il raconte comment il a vécu ces trois journées d’horreur, à l’occasion de l’ouverture du procès, mercredi 2 septembre, des personnes soupçonnées, à des degrés divers, de soutien logistique aux trois terroristes tués.

>> RECIT. « Une course contre la montre » : de « Charlie Hebdo » à l’Hyper Cacher, sur les traces d’Amedy Coulibaly

L’ancien ministre de l’Intérieur recevait des représentants de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), le 7 janvier 2015, lorsqu’il a appris la tuerie à Charlie Hebdo. « Mon directeur de cabinet rentre dans mon bureau, blême, et me dit : ‘Il y a une fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo, c’est vraisemblablement un acte terroriste, il y a de nombreux morts’. Et d’ailleurs, lorsqu’on est sur place, il n’y a que des larmes. Il n’y a pas de cri, pas de scène. Il y a des larmes », se souvient-il.

Le lendemain, Amedy Coulibaly tue une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine), près de Paris. « J’apprends l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe, la policière municipale, alors que je suis en réunion, en Conseil de défense à l’Elysée », relate l’ancien locataire de la place Beauvau. Au même moment, les frères Kouachi sont en fuite. Le vendredi 9 janvier 2015, ils se retranchent dans une imprimerie à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne). Peu après, Amedy Coulibaly tue quatre hommes, tous juifs, et prend en otage 26 personnes à l’Hyper Cacher, porte de Vincennes à Paris. Il meurt sur place dans un assaut policier, juste après les frères Kouachi, tués lors de l’intervention du GIGN, qui a répliqué face à leurs tirs.

Bernard Cazeneuve était à l’Elysée au moment de l’assaut. Il s’est ensuite rendu sur place et se remémore ces instants. « A la sortie de l’Hyper Cacher, vous avez toutes les télés du monde qui sont là, c’est très impressionnant, et puis vous avez tous les gars du Raid et de la BRI cagoulés. On passe en revue. Je les salue tous. Je ne vois que des yeux, que des regards, qui montrent fierté, effroi. C’est une scène incroyable, un moment très intense. »



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire