L'occasion ratée de Robert Badinter : faire de la responsabilisation de la magistrature, une cause nationale




En faisant de l'abolition de la peine de mort l'alpha et l'omega des droits de l'homme, ce terrorisme d'état appellé par euphémisme justice à deux vitesses, en est occulté. Robert Badinter porte une lourde responsabilité. L'on croit savoir ce qu'est la justice à deux vitesses, tout en communiant à cet imaginaire collectif du « pays des droits de l'homme. » Il faut avoir subi la première, longuement et durement, pour guérir de (…)


Médias



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire