« Ce qui me frappe, c’est que personne ne débat de l’euro »



Vous faites votre rentrée politique ce samedi 5 septembre à Lourmarin, dans le Vaucluse tandis que nombre de figures de votre parti seront devant les jeunes LR à Port-Marly. Chez les Républicains, les rentrées sont éparpillées…

Chez les Républicains, il n’y a plus de grande réunion nationale depuis 2011. Certains forums se sont donc installés, comme celui d’Oser la France, le mouvement que j’ai créé avec une dizaine d’élus. Depuis trois ans, nous faisons notre rentrée politique à la même date, avec des gens venus de toute la France. Il n’y a donc aucune surprise à ce qu’elle ait lieu ce samedi 5 septembre.

D’ailleurs Oser la France est distinct de LR. Nous n’y sommes pas rattachés. Ses membres viennent pour moitié des Républicains, effectivement. Mais dans l’autre moitié, il y a des anciens de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, ou même des déçus du Rassemblement national ou du PS. Il y a beaucoup d’anciens adhérents du RPR. D’autres encore, qui ne se retrouvaient plus dans aucune offre politique.

Notre désir est de réveiller le débat autour de nos idées, pas d’entrer en concurrence avec tel ou tel.

« Mettre le bordel » : « Darmanin drague une frange de l’électorat de droite pour Macron »

Cette année, vous dites vouloir briser plusieurs tabous. Lesquels ?

Vous l’aurez remarqué, cette année nous fêtons les 50 ans de la mort du Général de Gaulle. Le thème de notre université d’été est clair : comment redresser la France ? La crise du coronavirus a révélé la fragilité

Pour lire les 83 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire