Le Pharaon Hassan rêve en grand



  • Ahmed Hassan, dit ‘Kouka’, est l’un des plus grands attaquants égyptiens
  • Le buteur veut aider les Pharaons à se qualifier pour Qatar 2022
  • Il parle de sa carrière et d’un défi qu’il a lancé à Salah

L’Égyptien Ahmed Hassan, dit ‘Kouka’, n’a pas suivi le chemin habituel vers la gloire. Au lieu d’attendre de nombreuses années avant de décrocher l’opportunité d’évoluer à l’étranger, il quitte rapidement son pays : il n’a même pas 20 ans quand les Portugais de Rio Ave sonnent l’engagent.

« Dans le monde du football, peu d’opportunités se présentent, il faut savoir les saisir, comme les occasions devant le but adverse », compare Kouka au micro de FIFA.com. Après avoir participé à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Colombie 2011, Hassan pensait que son heure allait sonner, mais cela n’a pas été le cas. « Je voulais montrer de quoi j’étais capable et progresser au bon moment, donc j’ai décidé de partir pour le Portugal. Huit ans plus tard, je pense que c’était le bon choix pour ma carrière », estime-t-il.

Du changement

Kouka n’a que 18 ans quand il est convoqué en équipe d’Égypte, aux côtés de garçons comme Mohamed Salah, Ahmed Hegazy et Mahmoud Trezeguet. Ensemble, ils terminent troisièmes à la Coupe d’Afrique des Nations U-20 2011 en Afrique du Sud, ce qui leur permet de se qualifier pour la Coupe du Monde U-20 2011 où l’aventure des Pharaons s’arrête en huitièmes de finale. Lors du stage de préparation, Kouka attire l’attention de plusieurs clubs et à son retour de Colombie, il reçoit plusieurs offres avant de choisir Rio Ave.

« C’était un honneur de m’entraîner avec les grands joueurs d’Al Ahly qui avaient dominé le football africain pendant tant d’années, comme Mohamed Aboutrika, Emad Moteab et Mohamed Barakat, mais à l’époque, c’était difficile d’obtenir du temps de jeu, donc j’ai décidé d’aller en Europe », admet l’attaquant. « Je savais que je faisais aussi un choix de vie. Les défis à relever étaient énorme, mais j’avais l’envie de réussir à tout prix. »

Sans un environnement complètement différent et un style de vie entièrement dédié au football, Hassan ne pouvait plus revenir en arrière. L’entraîneur, Nuno Santo, lui a donné l’opportunité de jouer contre le Sporting Portugal en Coupe de la Ligue et il l’a remercié en marquant son premier but. « J’ai rapidement pris confiance et mes prestations se sont améliorées jour après jour », assure l’Égyptien qui, lors de ses trois premières années à Rio Ave, dispute trois finales, en Coupe du Portugal, en Coupe de la Ligue et en Supercoupe. S’il n’en remporte aucune, il trouve 32 fois le chemin des filets en 98 matches avec son club.

Confirmation et désillusion

Après deux journées lors de sa quatrième saison au Portugal et malgré l’approche de Benfica, Kouka signe à Braga où tout devient plus compétitif. « C’est une étape importante de ma carrière », estime l’attaquant de 27 ans. « Le club souhaitait remporter des titres et je l’ai aidé à décrocher son premier trophée en 50 ans. Dans une finale de Coupe historique face à Porto, j’ai inscrit le troisième tir au but qui nous a offert une victoire 4-2. »

Lors de ses trois saisons à Braga, Kouka dispute la l’UEFA Europa League et tape dans l’œil de l’Olympiacos qu’il rejoint, en prêt, en 2018 avant de se voir offrir un contrat permanent en 2019 après un deuxième prêt réussi. « J’avais besoin de connaître un nouvel environnement. Le football grec est très compétitif et les supporters sont tellement passionnés », savoure celui qui a remporté le championnat la saison dernière. « Notre objectif était clair : gagner le championnat après deux années sans. J’ai travaillé dur pour avoir du temps de jeu et j’ai marqué quelques buts. C’était mon premier titre de champion, c’est très spécial. »

Vétéran de deux éditions consécutives de la Coupe du Monde U-20, Colombie 2011 et Turquie 2013, Hassan est appelé en sélection A en 2013, il marque contre l’Ouganda lors de ses débuts et inscrit deux nouveaux buts contre le Tchad au deuxième tour des qualifications pour Russie 2018. Il dispute également la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2017, perdue en finale face au Cameroun, est conserve sa place dans le groupe jusqu’au dernier stage d’entraînement.

Mais Héctor Cúper lui annonce sa décision de ne pas l’inclure dans l’effectif en partance pour la Russie. « C’était tellement dur de recevoir cette nouvelle juste avant la Coupe du Monde. Je voulais représenter mon pays dans le plus grand tournoi, mais en tant que professionnel, j’ai accepté la décision et j’ai souhaité bonne chance à mes coéquipiers », assure-t-il.

Salah au défi

Après l’élimination surprise de l’Égypte à la Coupe d’Afrique des Nations 2019 sur ses terres, Hossam El Badry est nommé sélectionneur. L’ancien entraîneur d’Al Ahly juge que l’équipe souffre principalement du manque de buteurs et, au micro de FIFA.com, lance un message clair à Kouka, l’encourageant à travailler dur et à progresser.

« Je tiens à remercier El Badry pour son soutien et sa communication constante avec moi. Je vais continuer à m’améliorer pour pouvoir faire ce qu’on attend de moi quand je serai rappelé », s’engage-t-il. « Il nous reste plusieurs montagnes à gravir : la qualification pour la Coupe du Monde 2022 et pour la Coupe d’Afrique des Nations puis décrocher le titre. »

Pour cela, les Pharaons comptent sur l’association de Kouka avec Mohamed Salah, les deux joueurs ayant débuté ensemble avec l’équipe nationale U-20. « Quand on se retrouve, on parle de nos souvenirs du passé, mais aussi du présent », confie Kouka Hassan, qui a lancé un défi à son coéquipier : « Je lui ai dit que la saison prochaine, je marquerai plus de buts que lui avec Liverpool. Il a accepté le défi et m’a dit qu’il allait gagner (rires). Je lui souhaite le meilleur. C’est un ambassadeur extraordinaire pour le football égyptien et je suis fier de ce qu’il a accompli », conclut Hassan.



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire