la contre-attaque du maire de Portland après les accusations de Trump


La ville cristallise l’opposition entre deux Amériques : depuis la mort de George Floyd, Portland vit des manifestations quotidiennes contre les violences policières aux Etats-Unis. Samedi, une personne a été tuée par balles, dans des circonstances confuses, en marge des heurts entre manifestants antiracistes et pro-Trump.

Cette opposition de plus en plus tendue s’illustre dans les attaques et contre-attaques entre Donald Trump et Ted Wheeler, le maire démocrate de Portland, comme le montre la vidéo ci-dessous.

A peine investi, Donald Trump dresse le portrait d’une Amérique à feu et à sang

Donald Trump a directement mis en cause Ted Wheeler dans un de ces tweets virulents :« Les habitants de Portland, comme ceux de toutes les autres villes et régions de notre grand pays, veulent la loi et l’ordre. Les maires démocrates de gauche radicale, comme le nul qui dirige Portland, ou le type qui est actuellement dans son sous-sol et qui ne veut pas diriger ou même s’exprimer contre le crime, ne pourront jamais le faire ! »

Le démocrate contre-attaque

« C’est vous qui avez créé la haine et la division », lui a répondu Ted Wheeler après la fusillade mortelle dans sa ville, lors d’une conférence de presse.

« Que le président des États-Unis, quelqu’un qui tient des propos haineux et qui sème la discorde depuis quatre ans, dise maintenant que c’est inattendu et agisse comme s’il était choqué, c’est épouvantable pour moi. Nous l’avons tous vu venir », a lancé le maire de Portland.

« Les tweets qu’il a diffusés au cours des dernières 48 heures s’attaquant aux maires démocrates, à ceux qui tentaient d’apporter une solution à la violence dans leurs communautés locales… Il a l’occasion de nous élever et de nous rassembler pour nous aider à surmonter cette situation difficile dans l’histoire de notre nation, et au lieu de cela, il choisit de faire de la petite politique et de nous diviser », poursuit-il.

« Maintenant, vous voulez que je stoppe la violence que vous avez aidé à créer. Ce dont l’Amérique a besoin, c’est que vous, vous soyez stoppé. »Alain Mabanckou : « Trump ne parle qu’aux Blancs »

Wheeler soutenu par Biden

Lundi matin, Joe Biden a repris le discours de Ted Wheeler, accusant Donald Trump d’« encourager la violence ».

« Peut-être croit-il que tweeter sur la loi et l’ordre le rend fort », a déclaré le condidat démocrate à la Maison-Blanche dans un communiqué, « mais son incapacité à appeler ses partisans à cesser de chercher le conflit est révélatrice de sa faiblesse ».Joe Biden, par Gérard Araud : « L’archétype du politicien américain »

Son équipe de campagne a fait savoir dimanche soir qu’il prononcerait un discours pour poser une question aux électeurs selon lui cruciale à l’approche du scrutin : « Êtes-vous en sécurité dans l’Amérique de Donald Trump ? »

Le maire de Portland a envoyé une lettre ouverte à Donald Trump vendredi pour dénoncer sa « politique de division et de démagogie ».

« Nous savons que vous en êtes venus à la conclusion que les images de violences et de vandalisme sont votre seul passeport vers la réélection », a écrit Ted Wheeler.

Le président « voit la violence, et sa capacité à l’aggraver encore plus, comme un atout pour sa campagne », a renchéri le parlementaire démocrate Adam Schiff dimanche sur CNN.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire