La Bourse de Paris avance, aidée par l’Asie et l’offre de Veolia sur Suez


La Bourse de Paris progressait de 0,68% à la mi-séance lundi, favorisée par des indicateurs relativement bien orientés en Asie ainsi que par le projet de rachat de Suez par Veolia.

Vers 12H45 (10H45 GMT), l’indice parisien avançait de 34,1 points à 5.037,05 points.

Les investisseurs ont bien accueilli lundi le bond de la production industrielle de 8% en juillet au Japon, une hausse nettement supérieure aux attentes qui confirme la reprise économique dans le pays.

Les deux principaux indices japonais, le Nikkei et le Topix, ont ainsi progressé de 1,12% et 0,83% à la clôture.

En Chine, l’activité manufacturière a montré des signes de tassement en août après six mois de croissance significative, à la suite d’inondations massives.

Mais « l’indice non manufacturier a affiché son meilleur niveau depuis janvier 2018, reflétant le retour de la demande des ménages pour les services », a signalé Stephen Innes, chef de la stratégie pour AxiCorp.

La tendance à la Bourse de Paris était également soutenue par la nouvelle française du jour, l’ambition du géant du traitement de l’eau et des déchets Veolia de constituer un « super champion mondial » en intégrant son concurrent Suez.

Il a pour cela remis dimanche à Engie, grand actionnaire de Suez, une offre ferme à 2,9 milliards d’euros, portant sur l’essentiel de sa participation.

Les trois titres progressaient nettement en Bourse, Veolia prenant 14,14% à 19,90 euros, Engie 6,15% à 11,82 euros, la plus forte progression du CAC 40, et Suez 18,71% à 17,29 euros au sein de l’indice SBF 120.

La Bourse parisienne suivait lundi matin la route tracée la semaine dernière: le CAC 40 avait alors avancé de 2,18%.

La semaine passée avait été marquée par l’annonce que la Banque centrale américaine (Fed) allait desserrer son étau en matière d’objectif de lutte contre l’inflation.

Entre promesse en creux d’une politique plus accommodante et simple confirmation de sa stratégie entamée ces derniers mois, l’annonce du président de l’institution Jerome Powell a été diversement analysée.

Parmi les autres valeurs du jour lundi, H2O, la filiale britannique de gestion d’actifs de la banque Natixis (-2,08% à 2,86 euros), a annoncé vendredi avoir suspendu huit de ses fonds en raison « d’incertitudes de valorisation » affectant certains des titres dans lesquels ils sont investis.

Le gouvernement discute avec le constructeur Dassault Aviation (+0,32% à 945,30 euros) d’un possible ajustement de « calendrier » pour la commande de 30 chasseurs Rafale, initialement prévue pour 2023, afin de l’aider à faire face à la crise du secteur aéronautique, a déclaré dimanche la ministre des Armées.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire