Jean-Michel Blanquer annonce le lancement d’un « Grenelle des professeurs »


Le ministre de l’Education nationale l’annonce dimanche dans le « JDD ».

« Des maîtres heureux, ce sont des élèves heureux. C’est ce cercle vertueux du bien-être que je souhaite renforcer. » Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, annonce au Journal du Dimanche, daté du 30 août, le lancement d’un « Grenelle des professeurs ».

« D’ici à octobre, nous discuterons de la hausse des rémunérations pour 2021, grâce aux 400 millions d’euros supplémentaires obtenus, avance-t-il. Et à partir de novembre, nous négocierons pour définir une loi de programmation pluriannuelle, poursuit-il, tout en évoquant une « transformation profonde du système éducatif ». Il mentionne alors la « gestion des ressources humaines » et la « place des enseignants dans la société ».

Jean-Michel Blanquer indique la mise en place de groupes de travail « avec les organisations syndicales, sur trois grands objectifs ». Il énumère « la reconnaissance financière », « la coopération » et « l’ouverture : nous devons moderniser notre système ».

Quarante-huit heures avant la rentrée scolaire, le ministre de l’Education nationale tente également de se montrer rassurant. « Ça sera une année aussi normale que possible », déclare-t-il. « Nous sommes préparés à tout », assure-t-il, indiquant s’attendre à devoir faire évoluer les règles dans certaines zones selon l’évolution de l’épidémie. « On peut imaginer que dans les prochaines semaines ou prochains mois, des mesures plus fortes s’appliquent dans certains territoires : obligation – et plus seulement incitation – de non-brassage entre les groupes d’âge, réduction des tailles de classes, fermeture d’établissements… », détaille-t-il.

Interrogé sur la tribune de médecins réclamant un protocole sanitaire plus strict dans les établissements scolaires, Jean-Michel Blanquer répond que les « recommandations sanitaires » du ministère de l’Education nationale « sont directement inspirées par les avis du Haut Conseil à la santé publique ». « Cette semaine encore, la société française de pédiatrie, dans une réunion à la direction générale de la santé, a validé nos positions », fait-il valoir. Et au-delà du sujet du port du masque, réclamé dès l’âge de 6 ans par ces médecins, « nous sommes en réalité en conformité avec ce que cette tribune demande, avec des procédures prêtes en cas de situation de fermeture ou encore sur le sujet des tests », poursuit le ministre.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire