Jean Castex juge la publication « révoltante »


Le Premier ministre ajoute que l’article appelle « une condamnation sans ambiguïté ». Dans un texte de fiction accompagné de dessins, la députée de La France Insoumise Danièle Obono est représentée en esclave.

Dans son dernier numéro, l’hebdomadaire Valeurs Actuelles a dépeint jeudi 27 août dans un article la députée La France Insoumise de Paris, Danièle Obono, au temps de l’esclavage, la présentant enchaînée à travers des dessins, la décrivant comme pouvant « enfin libérer son africanité ». « Cette publication révoltante appelle à une condamnation sans ambiguïté », dénonce sur Twitter ce samedi 29 août le Premier ministre, Jean Castex. Il indique qu’il « partage l’indignation » de la députée LFI de Paris et « l’assure du soutien de l’ensemble du gouvernement ». « La lutte contre le racisme transcendera, toujours, dans nos clivages », affirme-t-il.

On est libre d’écrire un roman nauséabond, dans les limites fixées par la loiEric Dupond-Morettisur Twitter

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti estime lui, sur Twitter, qu’on « est libre d’écrire un roman nauséabond, dans les limites fixées par la loi ». « On est libre aussi de le détester, moi je le déteste et suis à vos côtés », ajoute-t-il. De son côté, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand dénonce également sur Twitter une « ignoble représentation » et des « abjections ». Il assure de son soutien à Danièle Obono et se dit « à ses côtés pour lutter contre le racisme et pour le respect dû à tous les élus de la République ».

Danièle Obono a vivement critiqué vendredi 28 août la publication de Valeurs Actuelles, la qualifiant de « merde raciste dans un torchon illustrée par les images d’une députée française noire africaine repeinte en esclave ». Elle a pointé du doigt « l’extrême-droite, odieuse, bête et cruelle, bref égale à elle-même ».

Tweet de Danièle Obono, le 28 août 2020. (CAPTURE D’ECRAN)

Un tweet qui lui a valu une réponse de la part de l’hebdomadaire, là encore sur le réseau social. « Il s’agit d’une fiction mettant en scène les horreurs de l’esclavage organisé par des Africains au XVIIIe siècle », a répliqué Valeurs Actuelles. Pour le journal, il s’agit d’une « terrible vérité que les indigénistes ne veulent pas voir et qu’apparemment, chère Danièle Obono, vous ne voulez pas lire ».





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire