Vanessa Marquez dans la spirale d'un destin sans espoir



« Il n’y a pas de fatalité extérieure. Mais il y a une fatalité intérieure : vient une minute où l’on se découvre vulnérable ; alors les fautes vous attirent comme un vertige. » (Saint-Exupéry, 1931). Il y a un homme qui, depuis deux ans, depuis le 30 août 2018, doit se mordre les doigts d’avoir voulu bien faire : le propriétaire d’une résidence à South Pasadena, dans la proche banlieue de Los Angeles. Sa locataire, elle aurait eu 50 ans le 21 décembre 2018, (…)


International



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire